Soupçons de troubles de la coagulation : le Danemark, l'Islande et la Norvège suspendent le vaccin AstraZeneca

Soupçons de troubles de la coagulation : le Danemark, l'Islande et la Norvège suspendent le vaccin AstraZeneca©Andrew Matthews / POOL / AFP

publié le jeudi 11 mars 2021 à 14h56

Une enquête préliminaire de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a souligné qu'il n'existait aucun lien entre le vaccin d'AstraZeneca et un décès enregistré en Autriche.

L'utilisation du vaccin AstraZeneca a été suspendue jeudi 11 mars au Danemark, en Islande et en Norvège, par précaution et jusqu'à nouvel ordre, sur des craintes de troubles de la coagulation, après la formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées.

Cette suspension intervient "après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin Covid-19 d'AstraZeneca", a indiqué l'autorité sanitaire danoise, la première à prendre une telle décision.

Elle a toutefois souligné que cette décision relevait de la "précaution" en attendant des conclusions des enquêtes sanitaires et qu'"à l'heure actuelle, on ne peut pas conclure à l'existence d'un lien entre le vaccin et les caillots sanguins".


La décision danoise, qui a été suivie peu après du même choix en Islande, concerne elle temporairement l'ensemble de leurs vaccins AstraZeneca. Les autorités sanitaires norvégiennes ont emboîté le pas un peu plus tard dans la journée. "Nous faisons une pause en Norvège dans la vaccination avec AstraZeneca", a déclaré un haut responsable de l'Institut national de santé publique, Geir Bukholm, lors d'une conférence de presse.

"Nous attendons des informations pour voir s'il y a un lien entre la vaccination et ce cas de caillots sanguins". "C'est le principe de précaution", a assuré Geir Bukholm, en soulignant qu'aucun lien n'avait à ce stade été établi entre le vaccin du laboratoire anglo-suédois et les cas de thrombose, dont un mortel, rapportés au Danemark.

De son côté, AstraZeneca, qui a développé le vaccin avec l'université d'Oxford (Royaume-Uni), a défendu la sécurité de son produit. "La sécurité du vaccin a été largement étudiée dans les essais cliniques de phase III et les données (...) confirment que le vaccin a été généralement bien toléré", a indiqué un porte-parole du groupe. Le gouvernement britannique a aussi jugé le vaccin "sûr" et "efficace".

Selon l'EMA, seulement 22 cas de thromboses avaient été signalés à la date de mardi pour plus de trois millions de personnes vaccinées dans sa zone (Union européenne, Norvège et Islande).

Lundi, l'Autriche avait annoncé avoir cessé d'administrer un lot de vaccins produits par le laboratoire anglo-suédois, après le décès d'une infirmière de 49 ans qui a succombé à de "graves troubles de la coagulation" quelques jours après l'avoir reçu. Quatre autres pays européens, l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg, avaient suspendu dans la foulée les vaccinations avec des doses provenant de ce lot, livré dans 17 pays et qui comprenait un million de vaccins.

Mais une enquête préliminaire de l'Agence européenne du médicament (EMA) avait souligné mercredi qu'il n'existait aucun lien entre le vaccin d'AstraZeneca et le décès survenu en Autriche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.