Sommet du G7 : bye bye le multilatéralisme !

Sommet du G7 : bye bye le multilatéralisme !
Donald Trump, ici à Washington (Etats-Unis) alors qu'il était sur le point de se rendre au sommet du G7. Signe de son peu d'intérêt : il y est arrivé le dernier, et va en partir le premier.

leparisien.fr, publié le vendredi 08 juin 2018 à 21h58

A Malbaie au Canada, deux visions de la diplomatie s'affrontent jusqu'à samedi : face à l'unilatéralisme agressif de Trump, ou aux coups de force de Poutine, la voie de la concertation internationale, défendue par Macron, a du plomb dans l'aile.

Ce G7 ultra-conflictuel marque-t-il la fin du multilatéralisme ? Plutôt que d'aborder de concert tous les sujets qui fâchent - et ils sont nombreux dans ce monde en surchauffe - de plus en plus de dirigeants s'affranchissent des règles internationales, préférant agir chacun dans leur couloir. C'est l'Américain Donald Trump qui, le premier, casse la vaisselle diplomatique, en rejetant l'accord de Paris sur le climat, celui sur le nucléaire iranien avant de déclarer une guerre économique à ses alliés européens et canadiens en relevant brutalement les barrières douanières sur l'aluminium et l'acier. Autant de traités pourtant signés par ses prédécesseurs.... et qui engageaient donc les Etats-Unis sur la durée.

« Aucun dirigeant n'est éternel. Nous héritons d'engagements qui nous dépassent. Nous les portons. C'est la vie des nations », l'a rappelé à l'ordre Emmanuel Macron. Et de se livrer, dans la plus pure tradition diplomatique française, à un vibrant plaidoyer : « Nos valeurs, nos intérêts se construisent dans le multilatéralisme. » « Et si la guerre froide recommençait ? »*, interroge même l'historien Pascal Blanchard. « Parler de rupture dans l'ordre international tel qu'il existe depuis 1945 me semble excessif, nuance pour sa part le géopolitologue Bruno Tertrais**, de la Fondation pour la recherche stratégique. Les Etats-Unis ont régulièrement manifesté de fortes poussées unilatéralistes, avec les présidents Ronald Reagan ou George Bush Junior. »

Mais ce qui rend la situation plus inquiétante et inflammable aujourd'hui c'est, selon l'expert, « la conjonction de trois unilatéralismes » : outre les Etats-Unis soumis à « l'impulsivité » de Trump, la Chine de Xi Jinping - sur le terrain commercial, notamment - et la Russie de Vladimir Poutine - par son action en Syrie ou en Ukraine par exemple. Deux grandes puissances qui font bande à part sur la scène internationale.

Macron monte des alliances pour contrer les Goliaths

Alors, que peut faire Macron, président d'une puissance somme toute « moyenne » pour stopper cet engrenage ? D'abord, il mise sur la carte européenne, dont il ambitionne le leadership. Ensuite, il joue du crédit retrouvé de la France dans le monde pour être à l'initiative d'alliances destinées à contrer les Goliaths. Avec le Canada de Justin Trudeau, c'est ainsi lui qui mène la fronde anti-Trump au G7.

Cela suffira-t-il à infléchir l'Américain ? A revoir sa copie sur ces traités bafoués ? Rien n'est moins sûr. De fait, malgré ses incantations, Macron n'a pas les moyens d'amadouer son « cher Donald ». Et lorsqu'il explique que « les six pays du G7 sans les Etats-Unis, c'est un marché plus grand que le marché américain », rien ne garantit que ses partenaires osent défier ensemble la première puissance économique et militaire.

Même au sein de l'Union européenne, il y a différentes sensibilités vis-à-vis des Etats-Unis. Exemples : les pays scandinaves et baltes, inquiets des velléités expansionnistes de l'ogre russe, resserrent par tous les moyens leurs liens avec Washington. Sans parler de l'industrie automobile allemande, très frileuse à l'idée de se couper de ce marché important... Si le multilatéralisme à la française n'est pas mort, il est bien mal en point.

* « Les années 50. Et si la guerre froide recommençait ? », Pascal Blanchard, éd. de La Martinière.

** « La revanche de l'histoire », Bruno Tertrais, éd. Odile Jacob.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.