Soldats tués au Mali : l'hommage ému de Florence Parly

Soldats tués au Mali : l'hommage ému de Florence Parly
Les trois soldats appartenaient au 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse

, publié le mardi 05 janvier 2021 à 17h30

Les trois soldats du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse ont perdu la vie dans l'explosion d'une bombe artisanale.

La ministre des Armées Florence Parly a présidé mardi 5 janvier une cérémonie d'hommage aux trois soldats morts en opération, le 28 décembre dernier, au Mali. Le maréchal des logis Tanerii Mauri, et les brigadiers Quentin Pauchet et Dorian Issakhanian ont trouvé la mort lors d'une attaque à l'engin explosif. "A quelques kilomètres de la base de Hombori, votre route s'est arrêtée.

Vous avez été emportés par un ennemi aveugle sans yeux pour affronter votre regard, le regard calme et profond de la liberté. Ce regard, vous l'avez porté jusqu'au dernier instant. Vous êtes tombés pour la France, en vous battant pour elle, jusqu'au dernier souffle", a déclaré Florence Parly, dans un discours ému, à Thierville-sur-Meuse.


"Vous le saviez mieux que personne : servir la France, ce n'est pas un métier, c'est une passion. C'est le don de soi, sans réserve. Un désir brûlant qui ne connaît ni l'âge ni le temps C'est obtenir sans la rechercher la reconnaissance de la France. Car la France est fière de celles et ceux qui l'ont choisie. Quand ses enfants s'engagent pour elle, elle exulte. Quand ses enfants se battent pour elle, elle s'élève, et quand ses enfants ont tout donné pour elle, elle pleure".

Dimanche, la ministre avait indiqué que la France va "très probablement" réduire les effectifs de sa force antijihadiste Barkhane au Sahel après des "succès militaires importants" en 2020, tout en dénonçant les "méthodes pernicieuses" des jihadistes après la mort de cinq soldats français au Mali. Cinq jours après la première attaque, deux soldats de régiment de hussards d'Haguenau ont perdu la vie dans des circonstances similaires.

"Nous serons très probablement amenés à ajuster ce dispositif : un renfort par définition, c'est temporaire", a dit Florence Parly dans une interview au Parisien, après le renfort de 600 soldats qui a porté les effectifs de Barkhane à 5.100 hommes en 2020. Une décision sera prise à l'occasion du prochain sommet conjoint de la France et des pays du G5 Sahel en février à N'djamena, a ajouté Florence Parly.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.