Monde

Séisme au Maroc : l'aide de la France rejetée ? La mise au point de Paris, alors que le bilan humain s'alourdit

Alors que le Maroc n’a toujours pas officiellement fait appel à la France pour intervenir dans les territoires sinistrés après le séisme, six membres de l'Unité légère d'intervention et de secours se sont rendus sur place samedi 9 septembre, rapporte BFMTV.

Près de 48h après le passage du séisme meurtrier, le Maroc a annoncé avoir accepté l’aide de l’Espagne, du Qatar, de la Grande-Bretagne et des Émirats arabes unis. La France, qui s’est plusieurs fois proposée par l'intermédiaire d'Emmanuel Macron, ne figure pas encore dans la liste.

Malgré tout, cela n’a pas empêché des membres de l’association Unité légère d'intervention et de secours (Ulis) de se rendre sur place dès le lendemain de la catastrophe, indique BFMTV, lundi 11 septembre. "On est venus à six avec quatre chiens, un sac à dos, juste la nourriture des chiens et après on se met en contact avec les gens et on travaille avec les gens", a ainsi expliqué Patrick Villardry, membre de l'Ulis, à la chaîne d’information en continu. Il a toutefois précisé qu’il s’agissait de leur première intervention sans demande officielle de l’aide internationale.

2 497 morts dont 4 Français

Invitée sur le plateau de BFMTV, Catherine Colonna, ministre des Affaires étrangères, a déclaré que 5 millions d’euros seraient consacrées aux ONG marocaines, françaises et internationales. "Beaucoup étaient déjà présentes sur place, d’autres sont en train d’arriver. Ça les aidera à aider les populations qui en ont besoin", a-t-elle ajouté.

La ministre a par ailleurs confirmé que plusieurs ressortissants français avaient péri au Maroc. "À l’heure où je vous parle, à notre connaissance, il y a quatre victimes françaises et une quinzaine de blessés", a déploré Catherine Colonna, indiquant d'autre part que "quelques personnes" faisaient toujours l’objet de recherches afin d’être localisées. Le dernier bilan général, publié vers 12h, lundi 11 septembre, fait état de 2 497 morts et 2 476 blessés, selon le ministère de l'Intérieur marocain.

La France toujours prête à intervenir

Sur l’absence de requêtes de la part du Maroc, Catherine Colonna a tenu à rappeler qu’il s’agissait d’un pays "souverain", et le "seul en mesure de déterminer quels sont ses besoins et le rythme auquel il souhaite que des réponses soient apportées à son besoin".

Sur le plateau de France 2, lundi 11 septembre, Gérald Darmanin a également rappelé que la France était "à la disposition du Maroc". Dans la même lignée que sa collègue, le ministre de l'Intérieur a néanmoins indiqué que le Maroc était un "grand pays africain", capable de "répondre à ce genre de difficultés tout seul".

publié le 11 septembre à 12h40, Théo Rampazzo, 6Medias

Liens commerciaux