Scandale Odebrecht: le vice-président d'Equateur déchu de sa fonction

Chargement en cours
 Le vice-président équatorien Jorge Glas, impliqué dans le scandale Odebrecht, au tribunal de Quito, le 15 octobre 2017

Le vice-président équatorien Jorge Glas, impliqué dans le scandale Odebrecht, au tribunal de Quito, le 15 octobre 2017

1/4
© AFP, Juan Ruiz
A lire aussi

AFP, publié le mardi 02 janvier 2018 à 20h03

Le vice-président d'Equateur, Jorge Glas, plus haut responsable politique actif d'Amérique latine condamné dans le vaste scandale de corruption Odebrecht, sera déchu de sa fonction mardi à minuit suite à son absence du pouvoir depuis son emprisonnement.

Jorge Glas, placé le 2 octobre en détention préventive, puis condamné à six ans de prison pour avoir perçu 13,5 millions de dollars de pots-de-vin du groupe de travaux publics brésilien, cesse automatiquement d'être vice-président pour "manque définitif" à son poste depuis plus de trois mois, comme le prévoit la Constitution équatorienne.

"Bien sûr que oui!", a répondu mardi le parlementaire Ricardo Zambrano, secrétaire exécutif du mouvement socialiste Alianza Pais (AP, au pouvoir), en confirmant la déchéance du vice-président.

"Il est important de comprendre ce nouveau moment que traverse l'Equateur et que la nouvelle vice-présidence, pour laquelle le président doit présenter une liste, doive être occupée par la meilleure Equatorienne ou le meilleur Equatorien", a déclaré ce parlementaire à la chaine Ecuavisa.

La Constitution prévoit qu'en cas d'absence définitive du vice-président, le Congrès élise un remplaçant à la majorité de 69 des 137 députés, à partir d'une liste établie par le chef de l'Etat. Mais depuis la prise de fonction du président Lenin Moreno, AP est divisé entre ses partisans et ceux de son prédécesseur, le charismatique mais polémique Rafael Correa, resté dix ans au pouvoir.

Si le Parlement ne se prononce pas dans les 30 jours, la première personne de la liste sera considérée comme élue.

- 'Question de temps' -

"De plein droit, les trois mois d'absence impliquent que l'absence temporaire devienne définitive sans nécessité de déclaration parlementaire ou d'intervention d'un autre organe du pouvoir public tel que la Cour constitutionnelle", a déclaré à l'AFP le juriste Rafael Oyarte.

Il a ajouté que "le président Moreno est habilité à présenter la liste à partir de demain" mercredi.

M. Zambrano, dirigeant du courant moréniste d'AP, a estimé que l'envoi de la liste par le chef de l'Etat n'est qu'"une question de temps", liste qui pourrait inclure les noms de l'actuelle vice-présidente par intérim, Maria Vicuña, ou de la ministre de l'Industrie, Eva Garcia.

Le 13 décembre, une chambre pénale de la Cour de justice, juridiction suprême équatorienne, a condamné M. Glas pour association illicite après l'avoir déclaré coupable d'avoir reçu les pots-de-vin par l'intermédiaire d'un oncle, condamné à la même peine dans ce vaste scandale de corruption qui a éclaboussé de nombreuses personnalités dans douze pays d'Amérique latine et d'Afrique. 

Jorge Glas, âgé de 48 ans et qui a annoncé son intention de faire appel, est le plus important responsable politique en fonction de la région a été sanctionné dans cette affaire.

- Procès pénal et politique -

Proche allié de Rafael Correa, vice-président depuis 2013 en charge de secteurs stratégiques, il se dit victime d'une chasse aux sorcières. En parallèle à l'enquête du Parquet, le président Moreno lui avait retiré tous ses privilèges et responsabilités de vice-président en août dernier.

Jorge Glas, élu en tandem avec Lenin Moreno, affirme qu'il est innocent et argue que son absence est compensée par ses congés, ce que n'a pas accepté le gouvernement.

Le ministre de la Gestion politique, Miguel Carvajal, a averti que le prochain vice-président devait garantir "cohérence et continuité avec le programme politique" de Lenin Moreno, qui s'est sévèrement affronté avec M. Correa et M. Glas lui reprochant de tendre la main à des secteurs qu'ils dénonçaient, notamment financiers, et de s'allier avec l'opposition.

Outre sa condamnation pénale, Jorge Glas fait l'objet d'une requête en procès politique présentée au Congrès par l'opposition et soutenue par le courant moréniste d'AP.

La Cour constitutionnelle a déjà autorisé la procédure pour laquelle aucune date n'a encore été fixée.

En outre le 4 février, les Equatoriens sont appelés à un référendum initié par le président Moreno pour supprimer la possibilité de réélection indéfinie, mise en place par Rafael Correa que l'actuel chef de l'Etat veut empêcher de se représenter lors du prochain scrutin en  2021.

 
1 commentaire - Scandale Odebrecht: le vice-président d'Equateur déchu de sa fonction
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]