Royaume-Uni : Boris Johnson veut faire un Brexit «à la Trump»

Royaume-Uni : Boris Johnson veut faire un Brexit «à la Trump»
Boris Johnson, le 24 avril dernier, à son arrivée à Downing street, la résidence de la Première ministre Theresa May.
A lire aussi

leparisien.fr, publié le vendredi 08 juin 2018 à 13h30

« Imaginez Donald Trump faire le Brexit », s'est pris à rêver le ministre britannique des Affaires étrangères, qui veut agir vite et fermement pour un Brexit sans concession.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson est connu pour son langage franc, cette fois-ci il a tiré au canon. Le meneur du mouvement pour le Brexit, qui, face à l'ampleur du casse-tête qu'annonçait sa victoire au référendum, avait refusé de prendre la tête du gouvernement, a non seulement critiqué Theresa May dans sa manière de faire. Mais il a aussi fait l'éloge de la méthode Trump, si le président des Etats-Unis devait négocier les termes du divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne.

Johnson s'exprimait lors d'un dîner organisé par un groupe de pression conservateur, où les propos des convives sont censés rester privés, mais plusieurs médias en ont obtenu un enregistrement. Le ministre eurosceptique a parlé de Bruxelles comme d'un « ennemi ». « Nous allons combattre l'ennemi, tout à fait. Nous devons et nous allons le faire », a-t-il affirmé, selon The Times. Alors que Londres et Bruxelles se sont récemment dits d'accord pour une période de transition.

« Si vous n'avez pas le courage de vouloir une politique indépendante, vous n'obtiendrez jamais les bénéfices économiques du Brexit. Vous n'obtiendrez jamais les bénéfices politiques du Brexit », a-t-il aussi dit, selon BuzzFeed News. Pour éviter un accord qui maintiendra le Royaume-Uni « emprisonné en orbite autour de l'UE, dans l'union douanière et dans une large mesure au sein du marché unique », il faut, selon l'ancien maire de Londres, agir vite et fermement pour un Brexit sans aucune concession. « Vous devez accepter le fait que cela puisse s'effondrer maintenant », aurait-il défendu. Et quand bien même la Grande-Bretagne sortirait du jour au lendemain de l'UE, ce qui semble juridiquement et administrativement plus compliqué que les mots d'un politique, « pas de foutue panique, tout va bien se passer à la fin », a-t-il ajouté.

« J'admire de plus en plus Donald Trump. Je suis de plus en plus convaincu qu'il y a de la méthode dans sa folie »

Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne fin mars 2019 tout en restant dans l'union douanière pendant une période de transition jusqu'à fin 2020, le temps de mettre en place un nouveau partenariat. Mais la date pourrait en être repoussée à la fin 2021 faute de trouver une solution pour garder la frontière ouverte entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, qui est membre de l'UE. Pour Johnson, « l'agenda » ne doit pas « être dicté par cette sottise ».

« J'admire de plus en plus Donald Trump. Je suis de plus en plus convaincu qu'il y a de la méthode dans sa folie », a ensuite révélé le chef de la diplomatie britannique. « Imaginez Donald Trump faire le Brexit », a-t-il songé. « Il s'y impliquerait de manière extrêmement dure [...] Il y aurait toutes sortes de ruptures, toutes sortes de moments chaotiques. Tout le monde penserait qu'il est devenu fou. Mais en fait, à la fin, on pourrait arriver à quelque chose. C'est une pensée très, très agréable », a-t-il loué.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.