Royaume-Uni: après l'empoisonnement d'un ex-espion, enquête pour meurtre d'un exilé russe

Chargement en cours
 La police britannique monte la garde devant le domicile  de l'exilé russe Nikolaï Glouchkov retrouvé mort, le 13 mars 2018 à Lodnres

La police britannique monte la garde devant le domicile de l'exilé russe Nikolaï Glouchkov retrouvé mort, le 13 mars 2018 à Lodnres

1/2
© AFP, Will EDWARDS
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 16 mars 2018 à 18h29

La police britannique a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête pour meurtre après la mort de l'exilé russe Nikolaï Glouchkov, dont le corps sans vie avait été retrouvé lundi dans son appartement londonien.

"Une enquête pour meurtre a été lancée suite aux résultats de l'autopsie", a annoncé Scotland Yard dans un communiqué. A ce stade, elle a précisé qu'elle ne faisait "pas de lien" avec l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal.

Selon les premiers examens post mortem, Nikolaï Glouchkov est décédé à la suite d'une "compression au niveau du cou" mais la police précise que les circonstances de la mort restent "inexpliquées".

Contactée par l'AFP, l'avocate de la veuve de M. Glouchkov, Elena Tsirlina, s'est refusée à tout commentaire.

Vendredi, Moscou a lui aussi annoncé l'ouverture d'une enquête "pour le meurtre du citoyen de la Fédération de Russie Nikolaï Glouchkov", et s'est dit prêt à travailler avec les autorités britanniques. 

Mercredi, l'ambassade russe à Londres avait regretté le manque de "transparence" sur l'enquête et avait formulé "une demande officielle" pour obtenir "toutes les informations en possession de la partie britannique concernant ce citoyen russe".

A Londres, c'est la police antiterroriste qui s'est saisie de l'enquête, "par précaution et à cause des relations qu'avait cet homme", a expliqué Scotland Yard.

- Condamné par contumace -

Âgé de 68 ans, Nikolaï Glouchkov était un cadre dirigeant de la compagnie aérienne russe Aeroflot dans les années 1990. Il avait reçu l'asile politique au Royaume-Uni en 2010.

En mars 2017, il avait été condamné à huit ans de prison par contumace par la justice russe, qui avait ordonné le versement à la compagnie aérienne de 20 millions de dollars saisis à la fin des années 1990 sur des comptes en Suisse.

Les poursuites pour détournement de fonds au détriment d'Aeroflot avaient été lancées en 1999, au moment où Glouchkov faisait partie des partenaires de Boris Berezovski.

Ce dernier, un ex-oligarque russe devenu opposant au Kremlin, avait été retrouvé pendu dans sa résidence près de Londres en mars 2013. M. Glouchkov avait mis en doute la thèse du suicide.

Le décès de Nikolaï Glouchkov est survenu en pleine escalade des tensions entre Moscou et Londres et ses alliés après l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal, 66 ans, et de sa fille Ioulia, 33 ans, sur le sol britannique, toujours hospitalisés dans un état critique. La Première ministre Theresa May, soutenue par ses alliés européens et Washington, a déclaré la Russie "coupable" de cet empoisonnement et annoncé des sanctions, ce à quoi le Kremlin a promis de réagir.

- 'Choquant et impardonnable' -

Vendredi, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a assuré que Londres en voulait au "Kremlin de Poutine" et non à la Russie.

"Nous pensons qu'il est extrêmement probable qu'il s'agisse de sa décision d'ordonner l'utilisation d'un agent neurotoxique dans les rues du Royaume-Uni", a-t-il déclaré lors d'une visite à Uxbridge, dans l'ouest de Londres.

Une accusation qui a immédiatement fait réagir Moscou. "Toute mention ou référence à notre président n'est rien d'autre que choquant et impardonnable en termes d'étiquette diplomatique", a rétorqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Selon lui, Moscou s'apprête à annoncer, "d'une minute à l'autre", des mesures de représailles après que Londres a renvoyé 23 diplomates russes et décidé un gel des contacts bilatéraux avec la Russie.

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a confirmé que Moscou expulserait de son territoire des diplomates britanniques "sur un principe d'égalité".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Royaume-Uni: après l'empoisonnement d'un ex-espion, enquête pour meurtre d'un exilé russe
  • c'est pire que du harcèlement contre les russes, on voit que les échecs des usa et de sa coalition en Syrie ne passent pas, mais à force de tirer sur la corde, elle finit par se rompre en sachant que l'on est bien plus près de la Russie que les usa , bien que, avec les armes modernes...

  • Et si ces faits étaient l'oeuvre des ennemis de Poutine ou des services secrets occidentaux pour le déstabiliser comme ce que nous avons fait en Australie avec les faux époux de nos services secrets.

    Pourquoi pas le Vatican tant que vous y êtes !