Rome : la "grande tristezza"

Rome : la "grande tristezza"©LEPOINT

LEPOINT, publié le jeudi 10 mai 2018 à 15h50

Autobus en feu, chaussées défoncées, ordures non ramassées, rues envahies par les rats géants, jungle dans les jardins : la ville éternelle se meurt.

Un autobus en feu à quelques centaines de mètres du siège du gouvernement, des passagers qui courent en hurlant, une passante brûlée, des enfants terrorisés, les sirènes des pompiers, la circulation bloquée : Bagdad ? Damas ? Kaboul ? Non, scène de la vie ordinaire à Rome. L'autobus de la ligne 63 qui est parti en fumée mardi matin via del Tritone, en plein centre historique, est le dixième à prendre feu dans la ville éternelle depuis le début de l'année..., le quarantième depuis 18 mois. Un bulletin de guerre.

Avec 11 500 salariés, une dette supérieure à un milliard d'euros et une flotte d'autobus dont la

Lire la suite sur LEPOINT

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.