«Rien n'est fait pour punir Israël de ce crime de guerre»

Libération, publié le mercredi 16 mai 2018 à 20h36

L'un des initiateurs et porte-parole de la «grande marche du retour», Ahmad Abou Ratima, 34 ans, activiste, blogueur et journaliste, est né à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, dans une famille de réfugiés originaire de Ramta, près de Tel-Aviv. Joint par WhatsApp au lendemain du bain de sang causé par les tirs de l'armée israélienne parmi les manifestants palestiniens, il revient sur ce mouvement «pacifiste» et «consensuel» que les Palestiniens veulent, selon lui, poursuivre.

Le lourd bilan de la marche du retour lundi ne vous décourage-t-il pas ?

Je n'ai pas été surpris par la violence de la réponse israélienne à notre marche, même si je n'imaginais pas un tel degré de cruauté. Il est certain que tout le monde ressent de la tristesse après ce massacre, mais

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.