Rencontre inédite des chefs des diplomaties émiratie et israélienne au Mémorial de la Shoah à Berlin

Chargement en cours
(g-d) Le chef de la diplomatie émiratie Cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyaneet, le directeur du Mémorial de la Shoah Uwe Neumaerk, le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas (c), lors d'une visite au Mémorial de la Shoah, le 6 octobre 2020 à Berlin
(g-d) Le chef de la diplomatie émiratie Cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyaneet, le directeur du Mémorial de la Shoah Uwe Neumaerk, le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le ministre allemand des ...
1/2
© AFP, MICHELE TANTUSSI, POOL

, publié le mardi 06 octobre 2020 à 15h46

Les chefs des diplomaties émiratie et israélienne se sont rencontrés pour la première fois mardi après-midi à Berlin, dans le cadre symbolique du Mémorial de la Shoah.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, et son homologue émirati Abdullah ben Zayed Al-Nahyane, se sont salués avec le coude, en présence de leur homologue allemand, Heiko Maas, au cours de cette rencontre, une nouvelle étape dans la normalisation des relations entre leurs deux pays.

Ils ont ensuite déambulé au coeur de ce labyrinthe d'environ 2.700 blocs de béton de toutes tailles symbolisant le génocide des juifs par les nazis.

M. Maas a qualifié de "grand honneur (le fait) que les ministres israélien et émirati des Affaires étrangères aient choisi Berlin en tant que site de leur première réunion historique".

Le ministre allemand a qualifié l'accord entre Israël et les Émirats arabes unis de "première bonne nouvelle au Moyen-Orient depuis longtemps" et de "chance de renouveau dans le dialogue entre Israéliens et Palestiniens".

"Cette occasion doit être saisie", a-t-il déclaré, exprimant la volonté de l'Union européenne d'apporter son aide.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a signé le 15 septembre avec les Emirats arabes unis et Bahreïn des accords historiques dénoncés par les Palestiniens.

Ces deux pays arabes sont les premiers à reconnaître Israël depuis l'Egypte et la Jordanie, respectivement en 1979 et 1994.

Les Emirats et Bahreïn, des monarchies sunnites, partagent avec l'Etat hébreu une animosité envers l'Iran chiite, l'ennemi numéro un de Washington dans la région.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.