Protectionnisme américain : et le G7 devint... G6 contre 1

Protectionnisme américain : et le G7 devint... G6 contre 1
Le gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz (gauche) et le ministre canadien des Finances Bill Morneau à l'issue du G7 Finances à Whistler, samedi 2 juin.

leparisien.fr, publié le dimanche 03 juin 2018 à 12h30

Les ministres des Finances du G7 exhortent Washington à abandonner ses surtaxes douanières.

Le lisier et le fumier sont interdits d'épandage à Charlevoix (Canada), pour protéger les délicates narines des dirigeants du G7 qui vont s'y réunir les 8 et 9 juin prochains, mais les boules puantes seront nombreuses. Préambule au sommet des sept puissances, le G7 Finances s'est achevé samedi sur une protestation unanime contre la politique commerciale américaine. « Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales ont demandé au secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin de faire part (à la Maison Blanche) de leur inquiétude unanime et de leur déception » après la décision de Donald Trump de taxer les importations d'acier et d'aluminium, a déclaré le ministre canadien des Finances Bill Morneau à l'issue de trois jours de réunion à Whistler, une station de ski de l'ouest du Canada.

Signe de la grande discorde qui s'est exprimée à Whistler, le G7 Finances n'a pas donné lieu à une déclaration commune mais à une succession de conférences de presse séparées. Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a même qualifié le rendez-vous de « tendu et difficile », le résumant à un « G 6 + 1 » avec des États-Unis « seuls contre tous, qui font courir le risque de déstabilisation économique à la planète ».

« Nous sommes prêts à répondre » aux nouvelles taxes douanières entrées en vigueur vendredi « mais nous préférerions ne pas le faire », a-t-il averti. L'Union européenne et le Canada ont d'ores et déjà saisi l'Organisation mondiale du commerce (OMC) tandis que le Mexique a adopté des représailles sur des produits américains.

« Les ministres et les gouverneurs se sont mis d'accord sur le fait que les discussions (sur le commerce) devaient se poursuivre au sommet à Charlevoix où une décision doit être prise », a également indiqué Bill Morneau. Ces taxes, a estimé le ministre canadien, « compromettent un commerce ouvert et sapent la confiance en l'économie mondiale ». Le Canada est le premier fournisseur d'acier aux Américains.

Steven Mnuchin s'est, lui, efforcé de minimiser le rôle que jouerait le commerce au sommet des chefs d'Etat, relevant d'autres problématiques importantes comme les sanctions sur l'Iran ou le sommet prévu avec la Corée du Nord.

Mais, alors que les discussions s'achevaient à Whistler, Donald Trump s'est fendu de nouveaux tweets fustigeant le libre-échange. « Si nous taxons à hauteur de 0 un pays pour qu'il nous vende ses marchandises et qu'en retour, il taxe à 25, 50 ou 100 % les nôtres [...] ce n'est pas un commerce libre et équitable, c'est du commerce stupide ! », a-t-il d'abord écrit.

Dans un second tweet, il a même accusé : « les Etats-Unis ont été arnaqués par les autres pays depuis des années », « il est temps d'être intelligent ».

Le G7 réunit les dirigeants des Etats-Unis, de la France, du Japon, de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de l'Italie et du Canada.

Preuve de l'isolement croissant des Américains, Pékin a également mis en garde Washington ce dimanche : les discussions actuelles entre les deux puissances, menées actuellement par le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross, « deviendront sans effet » si les Etats-Unis adoptent des sanctions et droits de douane punitifs à l'encontre de la Chine.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.