Procès du 11-Septembre: le nouveau juge veut du "mouvement" après neuf ans de procédure

Procès du 11-Septembre: le nouveau juge veut du "mouvement" après neuf ans de procédure
Croquis d'audience le 7 septembre 2021

publié le mercredi 08 septembre 2021 à 21h30

Le nouveau juge militaire présidant le procès des attentats du 11-Septembre à Guantanamo a affirmé mercredi qu'il ne précipiterait pas la fin de la procédure mais qu'il voulait voir du "mouvement" après neuf ans d'audiences.

Le colonel Matthew McCall a dit à la cour sur la base américaine de Guantanamo, à Cuba, qu'il n'empêcherait pas les avocats de Khalid Sheikh Mohammed et de quatre autres hommes de plaider que les droits des accusés n'avaient pas été respectés parce qu'ils avaient été torturés par la CIA.

A quelques jours du 20e anniversaire des attentats du 11-Septembre perpétrés par Al-Qaïda, il a dit aux avocats, accusés et familles de victimes que "cette affaire était en cours depuis vraiment longtemps".

"Je ne ressens pas de pression pour aller au procès", a-t-il affirmé, alors que la défense s'inquiète d'une possible ingérence politique.

Mais "j'aimerais voir du mouvement", a-t-il ajouté.

Le deuxième jour des audiences après une interruption de 18 mois en raison de la pandémie de coronavirus a tourné autour des partis pris potentiels du juge lui-même.

Gary Sowards, l'un des avocats de Khalid Sheikh Mohammed, a interrogé Matthew McCall sur sa propre réaction au 11-Septembre, son expérience à passer en revue les dossiers de prisonniers en Irak et son opinion sur les questions entourant le procès des cinq hommes.

"C'est un procès politique", a dit M. Sowards, affirmant que l'Etat américain avait utilisé ses moyens pour masquer la torture des accusés sur les sites secrets de la CIA avant leur arrivée à Guantanamo.

"Les conséquences de la torture sont toujours là", a-t-il ajouté. "Leur atout majeur, c'est la sécurité nationale et les secrets d'Etat", a-t-il dit au sujet des procureurs militaires.

Khalid Sheikh Mohammed et ses coaccusés Ammar al-Baluchi, Walid bin Attash, Ramzi bin al-Shibh et Mustafa al-Hawsawi étaient tous dans la salle. Ils sont accusés de terrorisme et du meurtre de 2.976 personnes dans les attentats.

Le juge a expliqué qu'en tant qu'avocat militaire il avait passé en revue les dossiers de détenus en Irak dans les années 2000, avant qu'ils soient remis au système judiciaire irakien.

La plupart n'étaient pas coupables de crimes sérieux et méritaient d'être relâchés, selon lui.

Mais il a dit ne pas être responsable concernant ceux d'entre eux qui ont été mis à mort par les Irakiens, et ceux restés en détention malgré l'absence de preuves à leur encontre.

Le juge militaire a dit que la peine de mort était "une option valable" dans l'affaire du 11-Septembre.

Matthew McCall entend passer le reste de la semaine essentiellement en réunions avec l'accusation et la défense.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.