Prince Philip : cette tribu du Vanuatu qui le vénérait

Prince Philip : cette tribu du Vanuatu qui le vénérait ©Panoramic

publié le samedi 10 avril 2021 à 11h34

Le prince Philip, décédé vendredi 9 avril à l'âge de 99 ans, était considéré ni plus ni moins comme une... divinité par une tribu de l'île de Tanna, dans l'archipel du Vanuatu. 

Le Royaume-Uni pleure son prince.

Vendredi 9 avril, un communiqué de la famille royale britannique a annoncé la mort du prince Philip, âgé de 99 ans. Sa liberté de ton et ses engagements caritatifs ont fait de lui un personnage emblématique de la famille royale. Mais loin du palais de Buckingham, une tribu vivant dans l'archipel du Vanuatu ne pleure aujourd'hui pas un prince, mais bel et bien... une divinité. Selon les croyances locales, un esprit aurait émergé d'un volcan voisin pour épouser une reine. Il s'agirait du prince Philip selon les habitants de Yaohnanen, un village situé sur l'île de Tanna, ancienne colonie franco-britannique dans le Pacifique.



Le mythe s'est constitué en 1974, après le voyage d'Elizabeth II et du duc d'Édimbourg aux Nouvelles-Hébrides, ancienne colonie située dans l'actuel archipel du Vanuatu. La légende, relayée par le Daily Mail en 2006, raconte qu'au moment où Jack Naiva, un chef de tribu, a accueilli le couple, il aurait reconnu le "Messie" dans le duc d'Édimbourg, habillé de blanc. Une fête est depuis organisée chaque année pour l'anniversaire du prince. 

Des relations cordiales 

Le prince Philip a maintenu des relations cordiales avec les habitants du village de Yaohnanen. Buckingham a fait envoyer une première photo dédicacée, puis une seconde et enfin une troisième. Sur l'un des clichés, le prince pose avec un bâton que guerre qui avait été offert par les villageois. Cinq d'entre eux ont été invités au Royaume-Uni et reçu par le prince au château de Windsor. Le duc d'Édimbourg n'est en revanche jamais retourné sur l'île. En 2010, Buckingham avait fait savoir que ces échanges représentaient un "geste de bonne volonté, mais rien de plus". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.