Premier attentat suicide de l'année en Afghanistan: au moins 11 morts à Kaboul

Chargement en cours
 De la fumée envahit une rue de Kaboul où un Afghan court se mettre à l'abri après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017

De la fumée envahit une rue de Kaboul où un Afghan court se mettre à l'abri après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017

1/2
© AFP, SHAH MARAI
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 04 janvier 2018 à 23h32

2018 démarre sur un nouveau bain de sang en Afghanistan, après qu'un kamikaze a déclenché une bombe jeudi soir à proximité de policiers et de manifestants à Kaboul, faisant au moins 11 morts et 25 blessés.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attaque, quatre jours seulement après un attentat lors de funérailles qui avait fait 18 morts dans la province orientale de Nangarhar, frontalière avec le Pakistan, lors du dernier jour de l'année 2017.

"Un assaillant kamikaze s'est fait exploser (...) près d'un groupe de policiers qui tentaient d'assurer la sécurité d'une manifestation", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi.

"Nous pouvons confirmer que pour le moment 11 corps ont été transportés dans les hôpitaux, de même que 25 blessés", a indiqué un porte-parole du ministère de la Santé, Wahid Majroh, à l'AFP.

"Le bilan pourrait évoluer, les ambulances continuant de travailler", a-t-il ajouté.

Une source des services de sécurité, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a de son côté avancé un bilan de 20 morts et 20 blessés, qui n'a pas pu être confirmé.

L'attentat s'est produit en marge d'une manifestation organisée après la mort d'un commerçant lors d'une opération de police visant des trafiquants d'alcool et de drogue, selon un responsable ayant requis l'anonymat.

D'après le porte-parole de la police de Kaboul, Basir Mujahid, le kamikaze, qui était à pied, a explosé "très près" d'un groupe de policiers, en tuant au moins cinq et en blessant onze autres.

Des images diffusées sur la chaîne de télévision Tolo news montrent des hommes en colère, vraisemblablement des commerçants, nier avec vigueur être des revendeurs d'alcool, une denrée interdite de vente ou de consommation en Afghanistan, peu avant l'attentat.

- 2017, année meurtrière -

Ce nouvel incident survient une semaine après un attentat suicide contre un centre culturel chiite de Kaboul, qui a provoqué 41 morts et 84 blessés, faisant suite à une attaque le jour de Noël contre une antenne des services de renseignements afghans de la capitale, dans laquelle six personnes avaient été tuées.

L'EI, arrivé en 2015 en Afghanistan et qui multiplie les attentats dans le pays, avait déjà revendiqué ces deux attaques.

Les attentats se succèdent à Kaboul, faisant de la capitale l'un des endroits les plus dangereux du pays. Le 31 mai, un camion piégé y avait tué 150 personnes et blessé environ 400 autres.

Malgré des mesures de sécurité en hausse, les groupes armés continuent de mener des attaques. Mercredi, l'agence de renseignement afghane a annoncé avoir arrêté une cellule de 13 membres de l'EI qui préparaient "une série de grosses attaques terroristes" dans la ville.

L'année 2017 avait été particulièrement meurtrière pour les civils afghans, avec un nombre de victimes qui s'annonce parmi les plus élevés depuis la chute des talibans en 2001 et l'arrivée d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis, partie en 2014.

Plus de 8.000 civils ont été tués ou blessés du fait du conflit sur les neuf premiers mois de l'année dernière, selon la mission de l'ONU en Afghanistan (Manua).

Les 11.418 victimes - dont quelque 4.500 tués - recensées en 2016 constituaient déjà un record depuis que l'ONU recense le pertes civiles en 2009.

 
4 commentaires - Premier attentat suicide de l'année en Afghanistan: au moins 11 morts à Kaboul
  • Au train ou vont les choses cela va nous arriver très vite en France !

  • Ces individus ne devraient même pas être jugés (je fais référence à la Bretonne djihadiste)
    C'est vrai que les présidents précédents n'ont pas fait grand chose ici en France

  • bof! nous ce sont les pompiers qui se font agresser toutes les nuits : je regardais il y a quelques minutes l'émission Révélations sur la 23, et me demandais si nos responsables politiques avaient le temps d'y jeter un coup d'oeil, histoire de redescendre sur terre, en France, dans ce pays qu'ils connaissent si mal depuis une quarantaine d'années. comment peuvent-ils le méconnaître à ce point, pour tolérer si longtemps des agissements préjudiciables à l'ensemble de notre société? Comment peuvent-ils ignorer que nos pompiers et SAMU se fassent bombarder à coups de mortiers de feux d'artifices, de morceaux de parpaings, attirer de façon récurrente dans des guet-apens, nécessitant systématiquement la mobilisation d'escouades de CRS? Ils veulent l'ignorer, car jamais ils n'y font référence, sauf si un élu reçoit un grain de sable sur le bout du pied. Ces élus sont si bien épargnés qu'ils relativisent tout cela et dieu sait si en français on est passé virtuose pour ce faire! Oui, comment peut-on volontairement laisser dériver la France vers une guerre civile nocturne et quotidienne? Vous en répondrez!

  • Cela devient d'un banal ! c'est triste de constater une telle situation , dans l'indifférence générale !

    Quand on attrape un de ces individus il faut faire des exemples de punition puisque la peine de mort n'existe plus en France

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]