Pour les évacués de la Ghouta, un voyage épuisant dans une Syrie divisée

Chargement en cours
 Des rebelles syriens évacués à bord de bus de la Ghouta orientale arrivent dans un secteur sous contrôle du gouvernement le 25 mars 2018

Des rebelles syriens évacués à bord de bus de la Ghouta orientale arrivent dans un secteur sous contrôle du gouvernement le 25 mars 2018

1/5
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 13h02

Le front collé à la vitre, la petite fille scrute le paysage d'immeubles éventrés, tandis que le bus se met lentement en branle. Pour les rebelles et civils évacués de la Ghouta orientale, c'est le début d'un périple épuisant dans une Syrie divisée.

Sous haute escorte des militaires russes, un voyage de douze heures, qui se fait généralement de nuit, attend les milliers d'évacués qui quittent le dernier bastion rebelle aux portes de la capitale, reconquis à plus de 90% par le régime, pour rejoindre la province d'Idleb (nord-ouest) qui échappe au contrôle de Damas.

Mais avant, il faut s'armer de patience, et attendre à la périphérie de Damas de très longues heures durant, que soient remplis les dizaines de bus qui prendront finalement la route.

Depuis le 22 mars, plus de 17.000 personnes -des combattants privés de la plupart de leur armement, leurs familles, mais aussi de simples habitants- ont quitté les territoires rebelles dans la Ghouta.

"On a été fouillé, ils ont pris nos noms, et ils ont pris plusieurs chargeurs de munitions à chaque combattant", confie Mohamed Omar Kheir, 20 ans, alors qu'il s'apprête à quitter la Ghouta.

"La police militaire russe supervisait toute l'opération", poursuit-il, rapportant de très longues heures d'attente. 

Au milieu d'un paysage apocalyptique à Arbine, ex-fief rebelle ravagé par le pilonnage du régime, hommes, femmes et enfants juchés sur des monticules de décombres attendent d'embarquer avec leurs maigres possessions: des sacs de jute, des couvertures, des baluchons modestes.

Sur l'autoroute à la périphérie de Damas, le convoi n'en finit plus de s'allonger, attendant le feu vert du départ vers Idleb. Dans un bus, des décorations kitsch pendent du plafond: des grappes de raisin en plastique, de la fausse fourrure.

- Insultes -

Un militaire russe monte dans le véhicule, supervisant les soldats syriens qui effectuent une dernière inspection. L'ambiance est décontractée. "Il ne parle pas deux mots d'arabe", plaisante un des évacués.

Un peu plus loin, deuxième arrêt. Cette fois-ci, le Croissant-Rouge syrien distribue des biscuits, des pistaches, de l'eau.

Le convoi se met enfin en branle, pour quitter la région de Damas et ses paysages verdoyants et rejoindre Idleb, plus au nord. Tout au long de la route, les équipes de militaires russes, qui escortent les bus à bord de leurs propres véhicules, vont se relayer.

Peu à peu la fatigue du voyage se fait ressentir. Les geignements des enfants se font plus insistants. "Arrête", crie sèchement une mère. "Assieds-toi", confie plus doucement un papa à sa fille.

Le convoi continue de progresser vers le nord, en territoire du régime. Le port méditerranéen de Tartous. La ville de Banias. Puis la province de Hama.

Sur la route, un quartier résidentiel modeste tenu par le gouvernement.

Ici, pas de destructions visibles. De hauts palmiers se dressent, le long d'une rue bordée par des immeubles à la façade entretenue. A un carrefour, les portraits du président Bachar al-Assad, et de son prédécesseur, son père Hafez, apparaissent accompagnés des couleurs du drapeau syrien.

A un barrage de contrôle du régime, plusieurs soldats, rangés des deux côtés de la route, regardent passer les bus. Ils filment le convoi avec leur portable, ou effectuent un doigt d'honneur, tout sourire. Plein de mépris, les passagers lâchent une volée d'insultes.

- "Enfer total" -

Enfin, le convoi arrive au village de Qalaat al-Madiq, secteur sous contrôle rebelle de la province de Hama (centre) et escale coutumière sur la route vers Idleb. Au cours des deux dernières heures du périple, le silence règne dans les bus. Les plus jeunes se sont endormis. Les adultes sont épuisés.

Valises pleines à craquer et sacs en plastique bourrés d'affaires sont déchargés. Des secouristes transportent les blessés vers une clinique mobile pour leur prodiguer les premiers soins. Installé sur une chaise roulante, un jeune homme au crâne bandé attend son tour. 

A même le sol, les voyageurs se reposent avant de devoir une nouvelle fois prendre la route, en direction de camps de déplacés, ou chez un proche. Installée près des bagages, une jeune fille dévore une banane.

A la faveur de son offensive dévastatrice lancée le 18 février, le régime a déjà reconquis plus de 90% des territoires rebelles dans la Ghouta.

Plus d'un mois de frappes aériennes et de combats ont tué plus de 1.600 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Notre situation était vraiment très difficile. Ils nous ont privé de tout ce qu'il y a de plus basique. On n'avait plus d'eau, beaucoup de maladies se sont développées", lâche Mohammed, qui vient d'arriver.

"Ils ont transformé notre vie en un enfer total".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Pour les évacués de la Ghouta, un voyage épuisant dans une Syrie divisée
  • avatar
    humaminor  (privé) -

    Le régime Syrien était dit sanguinaire, il est beaucoup plus laxiste pour envers des ennemis meurtriers de civils que la coalition et les forces Irakiennes de Mossoul, par contre nos médias sont pleins d'empathie pour ceux qu'ils appellent rebelles. A Mossoul pas de voyage aucune plainte, les médias sont restés silencieux

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    pour les vainqueurs : le miel.
    pour les vaincus : le fiel./

  • le commentaire de ce journaliste de l'AFP n'est pas neutre !

  • On a été fouillé, ils ont pris nos noms, et ils ont pris plusieurs chargeurs de munitions à chaque combattant", confie Mohamed Omar Kheir, 20 ans, alors qu'il s'apprête à quitter la Ghouta.
    J'espère qu'ils ne trouvent pas ça anormal ? On leur laisse la vie, ce qu'ils n'ont pas fait EUX.