Porto Rico en liesse après la démission du gouverneur

Chargement en cours
Les rappeurs portoricains Residente (G) et Bad Bunny (D) participent à une manifestation après la démission du gouverneur de l'île, Ricardo Rossello le 25 juillet 2019 à San Juan
Les rappeurs portoricains Residente (G) et Bad Bunny (D) participent à une manifestation après la démission du gouverneur de l'île, Ricardo Rossello le 25 juillet 2019 à San Juan
1/6
© AFP, Ricardo ARDUENGO

AFP, publié le jeudi 25 juillet 2019 à 23h03

Des Portoricains ont célébré dans la liesse jeudi leur victoire après la démission du gouverneur de l'île des Caraïbes, Ricardo Rossello, au centre d'un scandale de messages sexistes et homophobes dans ce territoire américain dévasté par des ouragans en 2017.

Juchés sur un camion, les rappeurs Residente et Bad Bunny menaient le cortège de plusieurs centaines de manifestants à San Juan, la capitale, pour fêter le départ du gouverneur, dont la situation était devenue intenable après près de deux semaines de contestation.

Autour d'eux, la foule brandissait des drapeaux aux couleurs de l'île et des pancartes reprenant le slogan "Ricky démission".

"Les gens qui sont au gouvernement et qui sont associés à Ricardo Rossello doivent partir", a lancé Residente, de son vrai nom René Perez.

"Nous ne voulons plus personne du passé, nous voulons des gens nouveaux", a assuré le chanteur.

Mercredi soir, après une journée de rumeurs persistantes sur son départ, M. Rossello, 40 ans, avait annoncé qu'il quitterait le pouvoir "le 2 août à 17H00" (23H00 GMT), dans une vidéo diffusée par le gouvernement sur Facebook.

Ses services ont diffusé jeudi sa lettre officielle de démission, adressée aux représentants des pouvoirs législatif et judiciaire de l'île.

Il sera remplacé temporairement par la secrétaire à la Justice, Wanda Vazquez. Mais cette nomination n'a pas calmé la contestation.

- Artistes engagés -

"Les gens n'en peuvent plus et ont besoin de quelqu'un qui représente Porto Rico de manière honnête", a expliqué Marilyn Negron, une serveuse âgée de 36 ans, alors que le gouvernement est également accusé de corruption et de détournement de fonds.

La colère grondait depuis le 13 juillet, quand le Centre de journalisme d'investigation de Porto Rico a révélé le contenu de conversations entre le gouverneur et onze hauts responsables locaux, anciens ou actuels, sur la messagerie cryptée Telegram.

Ces hommes y échangent blagues misogynes et commentaires homophobes, visant notamment le chanteur vedette portoricain Ricky Martin.

Ils s'en prennent aussi à des journalistes et des fonctionnaires. Un collaborateur de M. Rossello plaisante même sur les victimes de l'ouragan Maria, qui avait fait près de 3.000 morts en septembre 2017.

Le mouvement de protestation spontané, lancé par la société civile et suivi par les syndicats, s'est propagé à mesure que les artistes de l'île s'engageaient aux côtés des manifestants, Ricky Martin en tête.

Avec les rappeurs Nicky Jam, Residente et Bad Bunny, il avait participé à une manifestation géante qui avait paralysé la capitale lundi.

Le duo de "Despacito", Daddy Yankee et Luis Fonsi, le chanteur Marc Anthony, l'acteur Benicio del Toro ou le metteur en scène Lin-Manuel Miranda ont aussi apporté leur soutien au mouvement.

- "Comme Gandhi" -

Ricky Martin a salué jeudi la mobilisation "pacifique, sans armes, comme Gandhi" de la population et appelé les Portoricains à maintenir la pression sur le pouvoir.

"Ne laisse pas tomber, Porto Rico, c'est maintenant que commence le travail", a-t-il écrit sur son compte Instagram suivi par 12 millions de personnes, appelant les gens à "sortir dans les rues". 

Le président de la Chambre des représentants, Johnny Mendez, a suspendu la procédure de destitution visant le gouverneur jusqu'à son départ effectif du pouvoir.

Un comité de juristes mis en place par ses soins a conclu qu'il y avait matière à des poursuites contre le gouverneur. Leur rapport, dévoilé par Telemundo, a identifié cinq délits possibles dans la conversation sur Telegram, notamment malversation de fonds publics.

Le ministère de la Justice avait indiqué mardi que des mandats de perquisition avaient été émis contre les protagonistes de l'affaire.

Ancienne colonie espagnole devenue territoire américain avec un statut spécial d'"Etat libre associé", Porto Rico peine à se relever des ravages de deux ouragans, Irma et Maria, qui se sont succédé à l'été 2017.

L'île est aussi secouée par un scandale de corruption. Six responsables locaux sont accusés d'avoir détourné quinze millions de dollars de fonds fédéraux destinés à la reconstruction après les ouragans.

Porto Rico a déclaré en mai 2017 le plus gros processus de faillite jamais lancé par une entité locale aux Etats-Unis. Quelque 44% des 3,2 millions d'habitants vivent sous le seuil de pauvreté. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.