Pence se recueille au Mur des Lamentations et repart sans voir les Palestiniens

Chargement en cours
 Le vice-président américain Mike Pence devant le mur des Lamentations, le 23 janvier 2018

Le vice-président américain Mike Pence devant le mur des Lamentations, le 23 janvier 2018

1/3
© AFP, Thomas COEX

AFP, publié le mardi 23 janvier 2018 à 18h47

Le vice-président américain Mike Pence a prié mardi devant le Mur des Lamentations, ultime marque de déférence envers Israël et les juifs à la fin d'une tournée au Moyen-Orient sans le moindre contact connu avec les Palestiniens.

Ces derniers étaient appelés au même moment à protester contre le parti pris outrancièrement pro-israélien, à leurs yeux, de l'administration Trump représentée par M. Pence.

Quelques centaines de Palestiniens ont lancé des pierres sur des soldats israéliens qui ont riposté sporadiquement par des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes à la sortie de Ramallah, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'armée israélienne.

La majorité des magasins sont restés fermés à Ramallah, Hébron et Naplouse, les grandes villes de Cisjordanie. Mais la contestation est restée très limitée.

M. Pence, lui, a à nouveau comblé d'aise les Israéliens en déposant une gerbe au mémorial de la Shoah puis en se rendant au Mur des Lamentations, lieu sacré du judaïsme, au lendemain de ce que la presse nationale a présenté comme le discours peut-être le plus pro-israélien jamais prononcé par un dirigeant étranger devant le Parlement.

- 'Grand honneur' -

Au Mur des Lamentations, M. Pence, kippa noire sur la tête, s'est figé un moment, la main sur la paroi, puis a glissé entre les pierres antiques un bout de papier plié supposé, selon la tradition, contenir une prière ou un vœu.

"C'est un grand honneur de prier en ce lieu sacré. Dieu bénisse le peuple juif et Dieu bénisse toujours l'Etat d'Israël", a-t-il écrit dans le livre d'honneur.

M. Pence a ainsi mis ses pas dans ceux de Donald Trump qui l'avait précédé au Mur en mai, accomplissant ce qu'aucun président américain en exercice n'avait fait avant lui compte tenu de la souveraineté disputée de Jérusalem-Est.

Le Mur des Lamentations se trouve à Jérusalem-Est, dont Israël s'est emparé en 1967 et qu'il a ensuite annexée. Israël considère tout Jérusalem comme sa capitale "indivisible". Les Palestiniens revendiquent, eux, Jérusalem-Est comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

La communauté internationale juge illégale l'annexion de Jérusalem-Est et considère ce secteur comme territoire occupé.

M. Trump a ravivé la vieille querelle sur Jérusalem le 6 décembre en annonçant reconnaître la ville comme la capitale d'Israël. Il rompait ainsi avec des décennies de consensus international selon lequel le statut final de la cité trois fois sainte --l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien-- devait être réglé par la négociation.

Depuis, 18 Palestiniens et un Israélien ont été tués dans des violences.

Pour la direction palestinienne, cette décision a achevé de discréditer les Etats-Unis dans le rôle de médiateur de l'effort de paix.

- 'Vieille injustice' -

Le président palestinien Mahmoud Abbas a gelé les contacts avec les responsables américains, cherchant ailleurs des soutiens dans sa quête d'un Etat indépendant. Les dirigeants palestiniens ont décidé de snober M. Pence qui, fait exceptionnel, est reparti mardi après-midi pour Washington sans avoir rencontré aucun d'entre eux au cours de la courte tournée qui l'a emmené auparavant en Egypte et en Jordanie.

En revanche, il s'est attiré lundi une ovation au Parlement israélien en annonçant que les Etats-Unis ouvriraient leur ambassade à Jérusalem avant fin 2019. Toutes les ambassades en Israël sont aujourd'hui à Tel-Aviv.

M. Pence, évangéliste fervent, a exalté au cours de son séjour l'histoire juive, le "miracle israélien" et la vigueur des relations entre les deux pays sous le président Trump.

Son discours de lundi, truffé de références bibliques, était dénué de toute évocation de l'occupation et de la colonisation israéliennes.

"Vous êtes un mensch", lui a dit le président israélien Reuven Rivlin en le recevant mardi, lui adressant le compliment quasiment ultime fait par un juif à un homme de sagesse et d'honneur.

Le 6 décembre, Donald Trump n'a fait que corriger "une injustice vieille de 70 ans", estime M. Pence, qui passe pour avoir exercé une influence prépondérante sur la décision du président américain, largement interprétée comme une concession à l'électorat évangéliste américain.

Contrairement aux Palestiniens, M. Trump croit profondément que sa décision crée une "opportunité" de relancer les négociations entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré mardi M. Pence, alors que l'administration américaine est supposée présenter à une date indéterminée un plan pour ranimer l'entreprise de paix moribonde.

Un haut responsable de la Maison Blanche a reconnu que les principaux émissaires de M. Trump n'avaient plus parlé aux dirigeants palestiniens depuis avant le 6 décembre. Mais "nous serons là quand ils (les Palestiniens) seront prêts", a-t-il ajouté.

Il est resté très élusif sur le moment où l'administration pourrait présenter son plan, toujours en préparation. "Mais je ne pense pas que quiconque croie qu'on puisse remplacer les Etats-Unis dans ce processus. Franchement, je ne pense pas que les Palestiniens croient" cela non plus, a-t-il dit.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
26 commentaires - Pence se recueille au Mur des Lamentations et repart sans voir les Palestiniens
  • Pence, n'est que le complice des lobbys israélien aux EU. Mais le monde regarde et juge, même si pour le moment la politique pro israélienne semble avoir le dessus sur le droit international, Israël ne peut et ne pourra pas toujours se satisfaire de ce sentiment de puissance ou de suprématie, au détriment d'un peuple composé lui aussi d'êtres humains, en majorité de jeunes désirant vivre libres avec un avenir.
    Depuis plus de 70 ans cette région est une poudrière ayant fait des millions de morts, et de déportés, avec les effets désastreux du terrorisme dans le monde que nous connaissons. Il est temps de voir d'analyser et de prendre les décisions appropriées qui permettront à un peuple de retrouver sa dignité et le droit d'être sur cette terre qui nous appartient à tous.

    JT77 ecrit : "un peuple composé lui aussi d etres humains, en majorité de jeunes desirant vivre libres avec avenir"
    Mais en effet, JT77, ces jeunes veulent vivre libres et penser a l avenir Cependant ou pensez vous qu'ils trouveront ce style de vie..... Surement pas dans des dictatures religieuses (les vraies celles que vous occultez sciemment)
    Arretez de mettre sur le problème israelo palestiniens tous les attentats et les derives du monde. Pensez vous que ce dernier massacre contre une ambulance a Kaboul a pour cause ce sujet...
    D'autre part, JT77 qu entendez vous lorsque vous declarez "a un peuple de retrouver sa dignité et le droit d etre sur cette terre qui nous appartient a tous"..... De quelle terre parlez vous, que représente "le nous" et qui sont les "tous"
    Je vous rappelle a toutes fins utiles que ce droit, que vous evoquez, JT77 a toujours ete refusé aux Juifs et c'est pourquoi le Peuple Juif qui fut contraint a la déportation dans les années passées a du se battre pour retrouver Sa Terre
    Voyons JT77 vos commentaires tournent en boucle et ressassent toujours les meme litanies qui finissent par ne plus avoir le moindre fondement plausible
    Il serait temps JT77 de tourner le disque, ces flonflons comme vous semblez en prendre conscience tout de meme sont aujourd'hui dépassés et il semblerait que les plus intransigeants hier revoient aujourd'hui leur position..... enfin

  • Après, faudra qu'il pense aussi à aller se recueillir sur le mur de la honte entre israel et les territoires Palestiniens... Mais je ne crois pas qu'il l'ait prévu!

  • Bravo Mr Pence pour votre discernement et votre courage .

  • "Il a glissé entre les pierres antiques un bout de papier plié supposé, selon la tradition, contenir une prière ou un vœu"
    On présuppose quel voeu ?
    Ne ^répondez pas tous à la fois .....

    Que Macron prenne exemple sur Trump !!

    Pour rester maitre de sa route..... il faut cacher son secret
    ????

  • Petite histoire juive:
    Salomon est très pieux et va prier au mur tous les jours, il prie " Seigneur, faites qu'il y ait la paix entre juifs et arabes" et, ce encore et encore...Un jour le Seigneur, excédé de cette prière répétitive, lui glisse à l'oreille: "dit donc, Salomon, tu ne vois pas que tu parles à un mur ? "

    avatar
    stopauxc  (privé) -

    Bien pamuk78 !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]