Parade militaire à Bagdad pour fêter la victoire sur l'EI

Chargement en cours
 Des Irakiens brandissent le drapeau national lors de la parade militaire pour célébrer la victoire militaire contre le groupe Etat islamique (EI), à Bagdad

Des Irakiens brandissent le drapeau national lors de la parade militaire pour célébrer la victoire militaire contre le groupe Etat islamique (EI), à Bagdad

1/2
© AFP, AHMAD AL-RUBAYE
A lire aussi

AFP, publié le dimanche 10 décembre 2017 à 19h00

Les différents corps de l'armée irakienne ont défilé dimanche à Bagdad pour fêter la victoire militaire contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), annoncée par le Premier ministre Haider al-Abadi.

La parade militaire a eu lieu sur la place du monument au soldat inconnu, dans la Zone verte, secteur ultra-protégé de la capitale où se trouvent les principaux ministères et les ambassades, selon des participants. Des hélicoptères et des avions de combat ont survolé le ciel.

Au début du défilé, le Premier ministre Abadi a salué les familles des "martyrs", ces membres des forces armées tombés au combat contre les jihadistes. Des femmes vêtues d'abayas noires étaient présentes avec leurs enfants et certaines arboraient les photos de leurs proches décédés.

Samedi, M. Abadi avait annoncé la victoire sur l'EI qui avait menacé en 2014 l'existence même de l'État irakien en s'emparant du tiers de son territoire.

Dans un communiqué, le général américain qui dirige la coalition internationale luttant contre l'EI a félicité le gouvernement irakien, soulignant que "beaucoup de travail reste à faire".

"Nous continuerons à travailler avec nos partenaires irakiens pour assurer une défaite sur le long terme et empêcher (l'EI) de pouvoir menacer la civilisation au niveau régional et global", a déclaré le général Paul Funk.

L'émissaire de l'ONU en Irak, Jan Kubiš, a appelé les Irakiens "à bâtir un meilleur avenir et une destinée commune dans un pays unifié avec le même patriotisme et la même détermination dont ils ont fait preuve dans leur guerre nationale contre le terrorisme".

L'Arabie saoudite, une des puissances du Moyen-Orient, a félicité l'Irak. "La fin de la guerre (...) est une grande victoire contre le terrorisme", a déclaré le ministère des Affaires étrangères cité par l'agence de presse officielle SPA.

Dans un discours solennel devant le ministère de la Défense à Bagdad, le Premier ministre irakien a annoncé que la prochaine bataille serait la lutte contre la corruption, véritable cancer qui obère le développement du pays.

Dimanche a été déclaré jour férié pour "célébrer la victoire", selon un communiqué officiel.

Prenant en considération les reproches que lui ont été adressés par les autorités de la région autonome du Kurdistan, M. Abadi a modifié son communiqué de victoire de samedi en y incluant les peshmergas qu'il avait omis de mentionner.

Les autorités du Kurdistan avaient rappelé les "sacrifices" consentis par les peshmergas, les combattants kurdes, dans la bataille antijihadistes.

"C'est une victoire et une fête pour tous les Irakiens, mais en dépit de cette victoire finale, nous devons rester sur le qui-vive", a souligné le Premier ministre, également commandant en chef des forces armées.

Des petits rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes d'Irak, comme à Mossoul, deuxième ville du pays dont la reconquête en juillet a été le point culminant de la guerre contre l'EI, et à Bagdad. Les gens sont sortis dans les rues en criant "Irak, Irak" entonnant des chansons nationalistes.

La défaite militaire de l'EI en Irak, facilitée par l'appui crucial de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, marque un tournant dans la lutte lancée il y a trois ans pour en finir avec cette organisation jihadiste responsable de massacres, d'exactions et d'attentats.

Mais selon les experts, si l'EI a perdu son "califat" proclamé en 2014 à cheval sur l'Irak et la Syrie, il dispose encore de cellules qui peuvent agir et faire couler le sang.

Pour l'expert des mouvements jihadistes, Hicham al-Hachemi, "si l'EI ne contrôle plus à proprement parler un centimètre carré du territoire irakien, il possède encore des caches et des dépôts d'armes" en Irak.

Sur un marché de la rue Abou Nawas dans le centre de Bagdad, le ministre irakien de l'Intérieur Qassem al-Araji, a affirmé de son côté que "le prochain grand défi sera la lutte contre la corruption". Il a expliqué à l'AFP que "Daesh est fini militairement, mais il reste certaines cellules dormantes que nous allons traquer et éliminer".

 
7 commentaires - Parade militaire à Bagdad pour fêter la victoire sur l'EI
  • silence radio des médias et leurs vrais faux experts qui ont la honte d'avoir prédit le départ de Assad ! Fabius en a des coliques !!!

  • Cette victoire sur la barbarie est à mettre au crédit de messieurs POUTINE et ASSAD, de légitimes chefs d'Etat pourtant considérés par l'intelligentsia technocratique européiste et par les affairistes américains comme des ennemis de la démocratie. Si les russes et les syriens avaient cédé devant les injonctions de l'ONU et des potiches qui gouvernent les pays occidentaux, aujourd'hui cette région ne serait plus qu'un immense califat dont l'objectif serait de fourbir ses armes en vue de la conquête du reste du monde.

    bravo a Assad , Poutine , le Hezbollah Profil bas des médias francais

    Pour ma part, j'ai bien conscience, (depuis fort longtemps déjà) de ce que la réalité nous donne à voir, car il s'agit là d'une guerre sournoise, qui se poursuit sur tous les fronts dans le monde, avec son cortège de belligérants barbares, tapis dans l'ombre, pour mieux s'en prendre aux populations civiles, ainsi qu'ils l'ont démontré depuis des années ; une guerre mondiale qui bat son plein et ne ressemble en rien aux précédents conflits ; une guerre qui se situe bien au-delà des dictatures corrompues que le monde autrefois a connues .
    Une guerre dont la barbarie des guerriers de cet état autoproclamé E.I., n'est plus à démontrer .
    La France, dont ceux qui la gouvernent se devraient de mettre en oeuvre tous les moyens qui conviennent pour la contrer en priorité sur son propre sol et combattre tous ces belligérants qu'ils ont laissé rentrer chez nous au nom de leur fichue idéologie politique irréaliste du bien vivre ensemble.
    Ce sont les familles touchées par ces barbares terroristes, qui souffrent le plus et qui ont bien du mal à se refaire !
    Tous ces barbares à l'origine de telles horreurs sont les fléaux du monde qui sèment autour d'eux des torrents de larmes .

    Et voici ce que j'écrivais en février dernier sur ce site : La plupart de ceux qui nous gouvernent semblent ignorer délibérément les vraies causes de la crise actuelle de notre Pays : démographie galopante, dépendance du monde de la finance, immigration mal contrôlée, état-providence, endettements démesurés pour satisfaire une multitude de faux-besoins inutiles .
    Si on ne s'attaque pas aux causes, comment remédier à tous les désordres que nous subissons actuellement ? A ce rythme, notre belle planète bleue ne pourra supporter un nombre illimité de passagers.

    Le mal qui touche la France touche également le reste de la planète, soly. Nous sommes gouvernés par des irresponsables pathétiques, jusqu'à quand résume toute la question.

    Que Poutine et Assad aient participé à la victoire sur EI, du moins en Syrie, aucun doute là-dessus, mais n'en reste pas moins vrai qu'ils ne sont pas vraiment des parangons de la démocratie !

    Personne n'a jamais prétendu le contraire, dqr33. La démocratie, quand elle est utilisée par des mouvements sectaires, n'est qu'un boomerang que nous nous prenons en pleine figure. Ce qui a sauvé la civilisation en Syrie ne pouvait être rien d'autre qu'un régime autoritaire, adapté à la région.

  • Les militaires irakiens peuvent parader et fêter leur soi disant victoire, ce sont les Kurdes qui ont véritablement combattu daech!

  • Merci Poutine le plus intelligent , et ce seront les Entreprises Russes de BTP qui vont reconstruire l'Irak et la Syrie . Vraiment dommage pour nous ,et c'est le résultat minable de la politique d'Hollande et de Fabius .

  • La paix est chancelante, elle ne tient que par un bout. Si la Force occidentale partait l'Irak retomberait dans le néant. Ce régime n'est pas solide, il est tellement corrompu...
    Oublier la participation des kurdes dans cette guerre c'est une grosse erreur, ce son eux qui assumaient le plus gros de la guerre et ont eu le plus de pertes...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]