Oui massif des Irlandais au droit à l'avortement

Chargement en cours
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar (c) et des membres du gouvernement après la victoire du oui au référendum sur l'avortement, le 26 mai 2018 à Dublin
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar (c) et des membres du gouvernement après la victoire du oui au référendum sur l'avortement, le 26 mai 2018 à Dublin
3/5
© AFP, Paul FAITH

AFP, publié le dimanche 27 mai 2018 à 07h39

Les Irlandais ont approuvé à une majorité écrasante la libéralisation de l'avortement lors d'un référendum historique organisé vendredi dans leur pays à forte tradition catholique, selon des résultats définitifs annoncés samedi.

Les électeurs se sont prononcés à 66,4% pour l'abrogation de l'interdiction constitutionnelle de l'avortement, 33,6% ayant voté non lors d'un scrutin où la participation a atteint 64,1%.

"C'est une révolution tranquille", a réagi le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, selon qui les Irlandais étaient prêts au changement. 

"Le peuple a dit que nous voulions une Constitution moderne pour un pays moderne, que nous faisons confiance aux femmes et que nous les respectons pour prendre les bonnes décisions concernant leur propre santé", a-t-il ajouté.

- Séisme culturel -

Ce vote est un nouveau séisme culturel dans la petite république de 4,7 millions d'habitants, trois ans après la légalisation, par référendum également, du mariage homosexuel. 

Dans la capitale irlandaise, la cour du château de Dublin a été envahie par des centaines de personnes qui ont accueilli les résultats avec des cris de joie et des larmes d'émotion. 

"C'est un jour historique pour l'Irlande et les femmes de ce pays. Nous avons été ostracisées et discriminées pendant des années par l'Eglise catholique, nos gouvernements, les hommes", s'est exclamée Caoimhe Sloane, une institutrice de 27 ans interrogée par l'AFP, qui se dit "fière" de son pays. 

Alors qu'un groupe de jeunes femmes débouche une bouteille de champagne, Stasia Clancy et sa fille fondent en larme dans les bras l'une de l'autre. "Il n'y a pas de mots", dit à l'AFP la mère de 64 ans. "Ce soir, je vais danser, je vais sauter, et puis dieu sait quoi d'autre!" ajoute-t-elle en riant.

Fort de ce résultat, le gouvernement veut autoriser l'avortement pendant les 12 premières semaines de grossesse, et jusqu'à 24 semaines pour raisons de santé. Leo Varadkar, chef du parti Fine Gael, a annoncé que la nouvelle législation serait promulguée "avant la fin de cette année".

Son ministre de la Santé, Simon Harris, a précisé à l'AFP que l'exécutif se réunirait mardi pour discuter du projet de loi avec l'objectif de le présenter "à l'automne" au Parlement, où il devrait être adopté sans difficulté, les chefs des deux principaux partis d'opposition, Fianna Fail et Sinn Féin, soutenant la réforme.

- 'Jour désastreux' - 

Dans un centre de comptage à Dublin, l'atmosphère était déjà à la fête en début d'après-midi, alors que des sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote prédisaient une large victoire du oui. "Nous avons définitivement rompu avec une histoire qui était vraiment très dure pour les femmes", s'est félicitée Ailbhe Smyth, 71 ans, de la campagne "Together for Yes". 

"Nous nous sommes sortis de l'âge des ténèbres. Nous ne sommes plus un pays arriéré, comme l'Eglise voulait nous le faire croire", s'est réjouie de son côté Catherine Claffey, une fleuriste de Dublin âgée de 53 ans.   

Dans le camp anti-avortement, Cora Sherlock, porte-parole de "Pro Life Campaign", a parlé de "jour désastreux". John McGuirk de la campagne "Save the 8th", ne s'avoue cependant pas vaincu. "Chaque fois qu'un enfant à naître verra sa vie terminée en Irlande, nous nous y opposerons et ferons entendre notre voix", menace-t-il dans un communiqué. 

Quelque 3,5 millions d'électeurs étaient appelés à se prononcer vendredi à l'issue d'une campagne souvent âpre.

La consultation posait précisément la question de l'abrogation du 8e amendement de la Constitution, qui en 1983 scellait dans le marbre le tabou de l'avortement en Irlande, l'interdisant au nom du droit à la vie de "l'enfant à naître (...) égal à celui de la mère". 

Après le décès de septicémie d'une femme enceinte, une réforme a été introduite en 2013 permettant une exception lorsque la vie de la mère est menacée. Mais l'IVG reste interdite dans tous les autres cas, contraignant des dizaines de milliers de femmes à aller avorter à l'étranger au cours des trente dernières années.

- 'Fini l'opprobre et la solitude' -

La consultation, qui est intervenue à trois mois d'une visite du pape François en Irlande, traduit le déclin de l'influence de l'Église catholique, dont la puissante tutelle s'est érodée en raison des bouleversements économiques et sociaux. L'institution religieuse paie aussi le prix des affaires de pédophilie impliquant des prêtres.

"Il est grand temps que l'Irlande officielle arrête d'entretenir des vues extrêmement conservatrices sur les questions sociales et morales. Le peuple a parlé et ce qu'il a dit haut et fort c'est que +nous+ sommes une société moderne, libérale et progressiste", a déclaré sur Twitter David Farrell, directeur de l'école de politique de l'University College Dublin.

C'est aussi un grand succès personnel pour Leo Varadkar, accueilli comme une rock-star par la foule. Par le passé anti-avortement avant de changer d'opinion à l'aune de nombreux témoignages de femmes, le jeune médecin de formation, 39 ans, ouvertement homosexuel, avait promis de laisser les Irlandais s'exprimer sur la question en accédant à la tête de l'exécutif au printemps dernier.

"C'est le jour où nous avons dit c'est fini. (...) Fini les trajets solitaires à travers la mer d'Irlande. Fini l'opprobre (...) Fini la solitude. Le poids de la honte est levé", a-t-il dit, soulignant qu'hommes et femmes, campagnes et villes avaient voté dans un même mouvement.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU