Opposant russe assassiné en 2015: inauguration d'une plaque commémorative à Moscou

Chargement en cours
 La candidate d'opposition à la présidentielle russe Xenia Sobtchak et le fils de Boris Nemtsov, lors de l'inauguration le 16 mars 2018 d'une plaque commémorative sur l'immeuble où habitait à Moscou le leader d'opposition, assassiné en février 2015.

La candidate d'opposition à la présidentielle russe Xenia Sobtchak et le fils de Boris Nemtsov, lors de l'inauguration le 16 mars 2018 d'une plaque commémorative sur l'immeuble où habitait à Moscou le leader d'opposition, ...

1/3
© AFP, Kirill KUDRYAVTSEV

AFP, publié le vendredi 16 mars 2018 à 18h36

Une plaque commémorative a été inaugurée vendredi à Moscou sur la façade de l'immeuble où habitait Boris Nemtsov, le leader d'opposition russe assassiné il y a trois ans au pied du Kremlin, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Dans cet immeuble a habité Boris Nemtsov, un homme politique remarquable, tué le 27 février 2015", peut-on lire sur cette petite plaque accrochée par le fils de l'opposant, Anton Nemtsov, en présence de dizaines de journalistes et de personnalités de l'opposition.

"On a enfin immortalisé la mémoire d'une grande personnalité qui a été tuée pour ses vues politiques", a déclaré, lors de la cérémonie, Ksenia Sobtchak, journaliste de télévision proche de l'opposition libérale et candidate à l'élection présidentielle du 18 mars.

Fin février, des milliers de Moscovites ont défilé à Moscou pour rendre hommage à Boris Nemtsov, en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Je n'ai pas peur" et "Nous nous souvenons, nous ne pardonnerons pas".

Boris Nemtsov, qui jouait un rôle important dans l'opposition à Vladimir Poutine et avait été vice-premier ministre à l'époque du président Boris Eltsine, a été abattu de quatre balles dans le dos en pleine rue le 27 février 2015.

En juillet 2017, cinq Tchétchènes, originaires des républiques musulmanes de Tchétchénie et d'Ingouchie, dans le Caucase russe, ont été condamnés pour ce meurtre à des peines de 11 à 20 ans de prison par un tribunal de Moscou.

A l'issue du procès, la famille de la victime avait cependant dénoncé un "fiasco total" de la justice, qui n'est notamment pas parvenue à retrouver le commanditaire.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Opposant russe assassiné en 2015: inauguration d'une plaque commémorative à Moscou
  • il est bien ce poutine, il fait mettre une plaque maintenant qu'il est sûr de celui là ne l’embêtera plus

  • vous avez des nouvelles des kurdes qu un membre de l otan assassine et que l europe ces laches ferment les yeux .......

  • on va nous dire que c est Poutine........

    bien sur que c'est poutine l'instigateur et pas un autre
    un dictateur est prét a tout pour rester au pouvoir

  • propagande ou veulent ils mener les citoyens, parceque la je me contrefout de leurs bêtises.