Nucléaire iranien: "déception et préoccupation" des Européens

Nucléaire iranien: "déception et préoccupation" des Européens
Le palais Coburg où se tiennent les discussions sur le nucléaire iranien à Vienne, le 3 décembre 2021

publié le vendredi 03 décembre 2021 à 17h19

Les Européens ont exprimé vendredi leur "déception et préoccupation" quelques jours après la reprise à Vienne des négociations sur le nucléaire iranien, selon des hauts diplomates de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni (E3).

"Téhéran revient sur la quasi-totalité des compromis qui avaient été difficilement trouvés" au cours du premier cycle de négociations entre avril et juin, ont-ils déclaré. 

Les délégations retournent ce week-end dans leurs capitales respectives et les pourparlers reprendront en milieu de semaine prochaine "pour voir si ces divergences peuvent être surmontées ou non", ajoutent-ils. 

Mais "savoir comment un tel écart peut être comblé dans un calendrier réaliste sur la base du projet iranien n'est pas clair".

Malgré ces commentaires sévères, les diplomates européens se disent "pleinement engagés dans la recherche d'une solution diplomatique". "Le temps presse", insistent-ils.

Conclu en 2015 entre la République islamique et six grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni), l'accord sur le nucléaire iranien s'est délité à la suite du retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018 et du rétablissement de sanctions. 

En riposte, Téhéran s'est affranchi de la plupart de ses engagements.

Les négociations de Vienne visent à faire revenir dans le giron Washington, qui participe aux discussions de manière indirecte. 

Les différentes parties s'étaient quittées en juin avec l'espoir d'une conclusion imminente, mais l'arrivée au pouvoir en Iran du président ultraconservateur Ebrahim Raïssi a changé la donne.

Ce pacte, connu sous son acronyme anglais JCPOA, offrait à Téhéran la levée d'une partie des sanctions étouffant son économie en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.