Nouvelles preuves d'attaques chimiques en Syrie

Nouvelles preuves d'attaques chimiques en Syrie
Après un bombardement des forces du régime syrien, le 1er février, à Douma.
A lire aussi

Libération, publié le jeudi 14 juin 2018 à 17h21

Dans le chaos de la guerre syrienne, l'attaque du 24 mars 2017 contre la ville de Latamné, dans le nord-ouest du pays, était passée inaperçue. Elle n'avait fait aucun mort, seulement des blessés, une trentaine. Il ne s'agissait pourtant pas d'un bombardement classique du régime syrien ou de son allié, l'armée russe. Selon un rapport de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), du sarin, un agent chimique interdit par les conventions internationales, a été utilisé ce jour-là. Le lendemain, une autre attaque chimique, au chlore cette fois, visait l'hôpital de la ville.

Les enquêteurs ont recueilli témoignages et échantillons alors qu'ils travaillaient sur un autre bombardement. Le 4 avril 2017, au moins 83 personnes avaient été tuées après des frappes

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.