Nouvelle-Zélande: les condamnations anciennes pour homosexualité rayées des casiers

Nouvelle-Zélande: les condamnations anciennes pour homosexualité rayées des casiers
Premier mariage homosexuel en Nouvelle Zélande, le 19 août 2013 à Rotorua
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 04 avril 2018 à 07h45

Le Parlement néo-zélandais a adopté une loi permettant aux homosexuels condamnés en vertu de textes anciens de rayer ces condamnations de leur casier judiciaire.

L'homosexualité a été dépénalisée en Nouvelle-Zélande en 1986 mais les condamnations des personnes reconnues coupables auparavant étaient toujours inscrites à leur casier judiciaire. 

La nouvelle loi votée à l'unanimité mardi soir permet désormais aux personnes concernées de voir ces condamnations supprimées de leur casier.

"Je souhaiterais à nouveau présenter mes excuses à tous les hommes et membres de la communauté homosexuelle affectés par des préjudices, stigmates et autres effets négatifs causés par des condamnations pour des infractions anciennes pour homosexualité", a déclaré le ministre de la Justice, Andrew Little.

"Cette loi envoie un message clair indiquant que la discrimination à l'égard des personnes homosexuelles n'est plus acceptable et que nous nous sommes engagés à remédier aux torts du passés", a-t-il ajouté.

Le ministère de la Justice a précisé que le texte concernait les infractions dépénalisées en 1986, notamment la sodomie et les actes indécents entre hommes, qui étaient alors pénalement répréhensibles.

Selon les estimations du ministère, environ un millier de personnes vont pouvoir faire valoir leur droit de retirer du casier judiciaire des condamnations anciennes, lorsque les procédures entreront en vigueur l'an prochain.

Après avoir dépénalisé l'homosexualité en 1986, la Nouvelle-Zélande avait interdit les discriminations envers les homosexuels en 1993 et légalisé le mariage gay en 2013.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.