New York : un homme arrêté à la cathédrale Saint-Patrick avec des bidons d'essence

New York : un homme arrêté à la cathédrale Saint-Patrick avec des bidons d'essence
La cathédrale Saint-Patrick de New York, en juillet 2017

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 18 avril 2019 à 11h32

Trois jours après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, un individu a été interpellé avec deux bidons d'essence et des briquets dans la Cathédrale Saint-Patrick, en plein coeur de Manhattan. Ses explications sont "incohérentes et évasives", a expliqué la police.

Un homme a été arrêté dans la soirée de mercredi 17 avril, après avoir tenté de pénétrer dans l'enceinte de la cathédrale Saint-Patrick de New York, muni d'essence et de briquets. Le suspect a justifié son acte en disant avoir pris un raccourci, car sa voiture était tombée en panne d'essence.

Face à des réponses "incohérentes et évasives", les agents de la police de New York (NYPD) ont interpellé l'homme de 37 ans, qui  était "connu des services de police". Cette arrestation intervient après la destruction partielle de Notre-Dame de Paris, dont les images ont fait le tour du monde.


"Nous ne savons pas quel était son état d'esprit, quelle était sa motivation", a déclaré le commissaire adjoint du NYPD, John Miller. L'homme a été stoppé par un agent de sécurité qui lui a demandé où il allait et l'a informé qu'il ne pouvait pas se rendre à la cathédrale avec ces objets, selon la police.



"À ce moment-là, de l'essence a apparemment coulé par terre alors qu'il se retournait", a précisé le responsable policier. Alertés, des agents du bureau de la lutte contre le terrorisme de la NYPD l'ont rattrapé et arrêté après un interrogatoire."Il a raconté qu'il traversait la cathédrale... que sa voiture était à court d'essence", a déclaré Miller. "Nous nous avons regardé son véhicule. Il ne manquait pas d'essence et il a été arrêté", a-t-il précisé.

Construite au XIXe siècle et achevée en 1878, la cathédrale Saint-Patrick a fait l'objet d'une restauration majeure terminée en 2015.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.