Silence général en Corée du Sud pour l'examen annuel d'entrée aux universités

Chargement en cours
Une femme accroche une carte avec le nom d'un étudiant pour lui souhaiter bonne chance avant l'examen d'entrée aux universités, le 14 novembre 2019 à Séoul
Une femme accroche une carte avec le nom d'un étudiant pour lui souhaiter bonne chance avant l'examen d'entrée aux universités, le 14 novembre 2019 à Séoul
1/2
© AFP, Jung Yeon-je

, publié le jeudi 14 novembre 2019 à 10h36

Un silence de plomb s'est abattu mercredi dans toute la Corée du Sud, et jusque sur les aéroports, pour ne pas déranger des centaines de milliers de lycéens lors de l'examen d'entrée aux universités, considéré par beaucoup comme la journée la plus importante de leur jeunesse.

Les élèves préparent pendant des années ce test d'une journée qui peut leur ouvrir les portes des plus prestigieux établissements du pays, ce qui sera décisif pour leur carrière, leur niveau de revenu voire même leurs perspectives de mariage.

Pour limiter les risques d'embouteillage et permettre aux 550.000 élèves concernés d'être à l'heure, les administrations, les entreprises et même la Bourse sud-coréenne avaient différé d'une heure leur ouverture.

La police avait mobilisé des véhicules et des motos pour aider tout étudiant susceptible d'être en retard à rejoindre un des 1.185 centres d'examen.

Garçons et filles passent l'examen dans des salles séparées et des mesures exceptionnelles avaient, cette année encore, été prises pour ne pas les déranger.

Ainsi, décollages et atterrissages ont été suspendus sur tous les aéroports pendant 35 minutes, à l'heure où se tenait une épreuve d'écoute en anglais. Et tous les appareils dans les airs avaient à ce moment-là interdiction de descendre sous les 3.000 mètres.

Le ministère des Transports a annoncé que 158 vols avaient été reportés à l'occasion de l'examen, dont 40 internationaux. 

Les chaînes sud-coréennes ont diffusé des images d'élèves très nerveux en entrant dans les salles d'examen, alors que des centaines de leurs cadets les encourageaient bruyamment.

"Bravo, il est l'heure de montrer ce que vous valez", pouvait-on lire sur une banderole tenue par des élèves. "J'entrevois votre avenir plein de succès", disait une autre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.