Moscou accueille ses diplomates expulsés et met en garde contre les voyages en Grande-Bretagne

Chargement en cours
 L'avion russe Il-96 qui a rapatrié 46 diplomates russes expulsés des Etats-Unis ainsi que leurs familles photographié à l'aéroport moscovite de  Vnukovo, le 1er avril 2018

L'avion russe Il-96 qui a rapatrié 46 diplomates russes expulsés des Etats-Unis ainsi que leurs familles photographié à l'aéroport moscovite de Vnukovo, le 1er avril 2018

1/2
© AFP, Vasily MAXIMOV

AFP, publié le dimanche 01 avril 2018 à 16h23

Des diplomates russes expulsés par Washington sont rentrés dimanche en Russie sur fond de tensions croissantes entre Moscou et les Occidentaux dans le sillage de l'affaire Skripal.

La Russie a averti samedi ses ressortissants, leur conseillant de réfléchir avant de voyager en Grande-Bretagne, assurant qu'ils y risquaient un harcèlement des autorités.

Elle a également recommandé aux supporters du CSKA Moscou qui se rendront à Londres pour un match de football contre Arsenal jeudi d'être extrêmement prudents en raison d'une "campagne antirusse" de Londres.

Et dimanche l'Australie a fait part à ses citoyens d'un risque de "sentiment de harcèlement antioccidental" en Russie, en raison d'une "intensification des tensions politiques", à moins de trois mois de déplacements anticipés de supporters dans ce pays pour la Coupe du monde de football (14 juin-15 juillet).

Le ministère australien des Affaires étrangères a toutefois précisé n'avoir pas connaissance de "quelconques difficultés accrues pour les Australiens voyageant en Russie en ce moment".

L'empoisonnement avec un agent innervant le 4 mars sur le sol britannique de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia suscite depuis mi-mars une vague historique d'expulsions croisées de diplomates - au total environ 300 - entre la Russie et des pays occidentaux.

Londres impute la responsabilité de cet empoisonnement à Moscou qui nie toute implication.

Deux avions transportants les 60 diplomates russes expulsés des Etats-Unis et leurs familles ont atterri dimanche à l'aéroport moscovite de Vnoukovo, selon des images de la télévision russe.

Au total, 171 personnes - en comptant leurs familles - devaient quitter les Etats-Unis à bord de deux appareils fournis par le gouvernement russe.

Washington avait annoncé le 26 mars l'expulsion de 48 diplomates russes attachés à l'ambassade de Russie à Washington et de 12 autres travaillant à la mission russe à l'ONU, les qualifiant d'"espions", ainsi que la fermeture du consulat russe à Seattle (nord-ouest). 

En représailles, Moscou avait ordonné jeudi l'expulsion de 60 diplomates américains et la fermeture du consulat des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg. 

Washington a toutefois précisé que le personnel expulsé pouvait être remplacé.

- 'Actions provocatrices' -

Au total, le Royaume-Uni et ses alliés, notamment de l'Union européenne et de l'Otan, ont annoncé plus de 150 expulsions de diplomates russes.

La Russie a riposté par des mesures identiques envers un nombre équivalent de diplomates de ces États et a convoqué vendredi les ambassadeurs de 23 pays pour les leur signifier. 

Parmi les diplomates expulsés par Moscou figurent quatre Allemands, mais Berlin s'est dit dimanche "ouvert au dialogue" avec Moscou et a déclaré espérer "rebâtir la confiance" malgré la montée des tensions.

L'ambassadeur britannique en Russie, Laurie Bristow, dont le pays a expulsé le 14 mars 23 diplomates russes et suspendu les contacts à haut niveau, s'est vu remettre une note de protestation en lien avec "les actions provocatrices et infondées de la partie britannique qui a été l'instigatrice de l'expulsion injustifiée de diplomates russes par divers États", selon le ministère russe des Affaires étrangères.

Après avoir expulsé le 17 mars 23 diplomates britanniques et fermé le consulat britannique à Saint-Pétersbourg ainsi que le British Council en Russie, Moscou a demandé samedi à Londres de réduire son personnel diplomatique de plus de 50 personnes pour revenir à une "parité" des missions diplomatiques.

Samedi, le Royaume-Uni a confirmé une perquisition à bord d'un avion de la compagnie aérienne russe Aeroflot à l'aéroport d'Heathrow, dénoncée la veille par l'ambassade de Russie à Londres, qui a parlé de "nouvelle provocation flagrante". 

Rajoutant encore aux tensions, cette ambassade a mis en garde samedi les Russes désireux de voyager en Grande-Bretagne ou d'y envoyer leurs enfants en séjours d'été, car ils pourraient, a-t-elle dit, devenir la cible d'un harcèlement des autorités, y compris de la police, et en raison de "la politique antirusse et (d')une escalade de rhétorique menaçante du côté britannique".

Londres a annoncé samedi étudier la demande de la Russie d'obtenir un accès consulaire à Ioulia Skripal, 33 ans, dont l'état de santé s'améliore "rapidement", selon l'hôpital de Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre) où elle est soignée. Son père Sergueï, 66 ans, reste dans un état critique mais stable.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.