Migrants : l'Italie suggère à l'Espagne d'accueillir les quatre prochains bateaux

Migrants  : l'Italie suggère à l'Espagne d'accueillir les quatre prochains bateaux
Le ministre itlaien de l'Intérieur Matteo Salvini.

leparisien.fr, publié le mercredi 20 juin 2018 à 22h44

«L'Italie ne veut aider que les Italiens», a affirmé le ministre de l'Intérieur d'extrême droite.

Après les réfugiés de «l'Aquarius» refoulés de Sicile et arrivés en Espagne lundi, le nouveau ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, a suggéré mercredi à Madrid d'accueillir les passagers des quatre prochains bateaux secourus au large de la Libye. D'après lui, le pays «n'a pas tenu ses promesses d'accueil dans le passé ».

Selon le projet de répartition des migrants dans l'UE, voulu par la Commission européenne, mais actuellement au point mort, « l'Espagne aurait dû accueillir 3 265 demandeurs d'asile arrivés en Italie, mais elle en a pris à ce jouer 235 et elle peut donc aussi accueillir les quatre prochains bateaux » de migrants venant d'Italie, a calculé Matteo Salvini, au cours d'une conférence de presse après une rencontre avec son homologue autrichien, Herbert Kickl.

Une nouvelle provocation du patron de la Ligue (extrême droite), après sa proposition de recenser les Roms ? L'Espagne est la troisième porte d'entrée de l'immigration clandestine dans l'Union européenne, après derrière l'Italie et la Grèce.

Une flèche décochée à la France

« Je me réfère à deux des principaux pays européens qui ont exprimé générosité, solidarité et accueil ces derniers jours, la France et l'Espagne », a poursuivi Matteo Salvini. « La France avait prévu d'accueillir d'Italie 9 816 immigrés, elle en a accueilli 640, il en manque donc 9 200 », a-t-il noté.

« Nous demandons à l'Europe qu'elle mette plus d'hommes et de moyens en défense de la Méditerranée », a martelé le chef de la Ligue. Notant que la nouvelle opération de Frontex, « Themis », comprenait 32 navires dont 30 italiens, il a souligné : « Je ne vois donc pas ce qu'elle a d'européen ». « Nous voulons que l'Europe investisse mieux et plus. Nous le faisons en Turquie, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas en Méditerranée », a-t-il souligné.

«L'Italie ne veut aider que les Italiens»

« Si quelqu'un en Europe pense que l'Italie doit continuer à être un camp de réfugiés il se trompe. L'Italie ne veut aider que les Italiens », a-t-il noté, ajoutant « aujourd'hui au lieu de prendre, nous sommes disponibles pour donner ».

Matteo Salvini s'est dit confiant dans la présidence autrichienne de l'UE, qui débute le 1er juillet, pour changer les règles dites de Dublin, qui prévoient que c'est le pays d'arrivée qui est responsable de l'accueil et de la gestion des réfugiés. Selon Der Spiegel, il a ainsi exclu que son pays accueille les demandeurs d'asile que son homologue allemand, le Bavarois, Horst Seehofer, voudrait renvoyer. Le ministre italien se rendra « dans les prochains jours » en Libye, pays d'où proviennent la plupart des migrants qui débarquent en Italie.

Son collègue autrichien a de son côté fait état d'un projet, mené avec le Danemark, pour établir dans certaines régions des Balkans « des centres accueillant les demandeurs d'asile qui ont essuyé un refus de leur demande en Europe, mais qui ne sont pas repris par leur pays d'origine ».

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU