Matteo Salvini va-t-il fermer les ports italiens aux migrants ?

Matteo Salvini va-t-il fermer les ports italiens aux migrants ?
Matteo Salvini dimanche dernier en Sicile.

leparisien.fr, publié le dimanche 10 juin 2018 à 23h40

Le nouveau ministre de l'Intérieur et patron de l'extrême droite italienne accuse Malte de ne pas prendre sa part dans l'accueil des migrants naufragés en Méditerranée.

Le bras de fer se poursuit entre l'île de Malte et le nouveau gouvernement italien autour de l'accueil et le secours des migrants. Selon la presse transalpine, le nouveau ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, menace d'interdire aux bateaux portant secours aux naufragés l'accès aux ports en Italie si Malte refuse de prendre en charge les 692 migrants sauvés ce week-end en mer par l'ONG française SOS Méditerranée.

Selon le journal La Repubblica, Matteo Salvini, au cap résolument antimigrants, a envoyé dimanche une lettre aux autorités maltaises dans laquelle il écrit qu'il se verrait « contraint de fermer les ports italiens », si Malte refuse d'apporter son secours. D'après le quotidien Corriere Della Sera, la lettre décrit La Valette comme « le port le plus sûr » pour accueillir ce bateau.

En fin de soirée dimanche, SOS Méditerannée a indiqué avoir reçu de la part des Italiens l'ordre de stopper la course de l'Aquarius à 35 miles nautiques de la Sicile et 27 de Malte.

« Malte ne peut pas dire non à toute demande d'assistance », expliquait-il déjà vendredi, alors que le gouvernement maltais était déjà accusé d'avoir refusé de porter assistance au navire de sauvetage Seefuchs. Celui-ci s'était trouvé en difficulté par mauvais temps avec 119 migrants à bord. Le navire avait finalement été autorisé à toucher terre dans le port sicilien de Pozzallo.

Le même jour, un autre équipage, bloqué dans le sud-ouest du pays, a précisé qu'il avait demandé auparavant l'aide des garde-côtes de Malte, mais que ce pays avait refusé.

Malte nie être «l'autorité compétente»

Tout en démentant l'existence d'une lettre de Salvini, le porte-parole maltais a indiqué dimanche que « Malte n'était pas l'autorité coordinatrice ni compétente » concernant ces sauvetages.

Le porte-parole maltais a souligné que le sauvetage en question avait eu lieu dans la zone de recherche et de sauvetage libyenne et dépendait du centre de coordination des secours de Rome, ce qui signifie que Malte n'avait aucune obligation de prendre en charge ces migrants.

L'Italie a vu débarquer quelque 700 000 migrants sur ses côtes depuis 2013, une situation régulièrement dénoncée par la Ligue de Matteo Salvini, une des deux forces populistes avec le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème) qui composent le nouveau gouvernement italien.

Celui qui est aussi vice-Premier ministre multiplie les sorties-choc dans l'espoir d'obliger les autres pays européens à plus de solidarité. Il a averti dimanche que son pays ne pouvait pas être « le camp de réfugiés de l'Europe ». Vendredi, il a demandé à l'Otan de défendre l'Italie, qui, a-t-il dit, est « attaquée depuis le sud ».

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.