Marc Lazar: «En Italie, une véritable attaque contre les institutions»

Marc Lazar: «En Italie, une véritable attaque contre les institutions»
Le président italien, Sergio Mattarella, reçoit Carlo Cottarelli au Palais du Quirinal, à Rome, le 28 mai 2018.

Libération, publié le lundi 28 mai 2018 à 18h07

Le président italien a refusé dimanche la candidature au poste de ministre des Finances de l'eurosceptique Paolo Savona, provoquant l'ire de la Ligue et du Mouvement Cinq Etoiles. Giuseppe Conte, désigné par cette coalition pour former le gouvernement, a officiellement renoncé. Le pays replonge dans la crise politique. Marc Lazar, professeur des universités et spécialiste de l'Italie, analyse cette décision et revient sur les transformations politiques en cours dans le pays.

Faut-il voir dans la décision du président de la République, Sergio Matterella, une dimension politique ou bien la simple application de ses prérogatives constitutionnelles?

La réponse est très claire. Le président de la République applique la Constitution. L'article 92 de la Constitution indique

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.