Manifestation à Londres contre l'"inaction" politique face au changement climatique

Chargement en cours
Des manifestantes demandent "l'action" contre le changement climatique, à Londres, le 17 novembre 2018
Des manifestantes demandent "l'action" contre le changement climatique, à Londres, le 17 novembre 2018
1/3
© AFP, Tolga AKMEN

AFP, publié le samedi 17 novembre 2018 à 16h44

Des centaines de personnes ont manifesté samedi à Londres à l'appel du mouvement Extinction Rebellion, bloquant des ponts de la capitale pour dénoncer l'"inaction criminelle" du gouvernement en matière de lutte contre le changement climatique.

"C'est le jour de la rébellion. Nous prenons les ponts de Londres, avant que nous nous effondrions tous", a indiqué dans un communiqué le mouvement, qui appelait à bloquer cinq ponts dans le centre de Londres dont celui de Westminster.

"Aujourd'hui, nous montrons combien de gens en ont marre et ont besoin d'un changement", a expliqué Jack Gouldbourn, d'Extinction Rebellion, cité dans ce communiqué.

Selon les organisateurs, les manifestants étaient plus de 6.000. 

A 15H00, quatre ponts étaient toujours bloqués par la manifestation débutée cinq heures plus tôt, a déclaré la police, qui a précisé avoir arrêté 45 personnes, notamment pour entrave à la circulation.

Extinction Rebellion "considère que c'est un devoir citoyen de se rebeller en utilisant des moyens pacifiques de désobéissance civile, lorsqu'on est confronté à l'inaction criminelle de son gouvernement".

Le mouvement réclame que le gouvernement "prenne des mesures pour réduire à zéro d'ici 2025 les émissions de dioxyde de carbone". Il demande aussi l'instauration d'une "assemblée citoyenne nationale" pour superviser les changements.

Le Royaume-Uni s'est engagé en 2008 à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 80% d'ici à 2050, par rapport aux niveaux de 1990.

Les émissions ont baissé de 43% par rapport à 1990, selon un rapport officiel d'août 2018 du Comité sur le Changement Climatique, chargé d'évaluer les mesures gouvernementales, qui a appelé les autorités à en faire plus.

En juillet, le gouvernement a annoncé la fin de la vente de voitures diesel ou essence d'ici 2040.

Ce happening s'inscrit dans une série de mobilisations organisées cette semaine, pendant laquelle plus de 50 personnes ont été arrêtées, selon le mouvement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.