Malaisie: «Il ne faut pas laisser passer notre chance»

Malaisie: «Il ne faut pas laisser passer notre chance»
Des partisans de l'ancien Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad, assistent à son meeting électoral, à Kuala Lumpur, le 6 mai 2018.

Libération, publié le mardi 08 mai 2018 à 20h47

«Ubah, Ubah, Ubah !» Les cris fusent du premier étage de ce petit immeuble de la banlieue de Kota Kinabalu, sur l'île de Bornéo, samedi. En collants fluos, les danseuses d'un cours de zumba se bousculent pour faire des selfies avec Jannie Lasimbang, candidate de l'opposition pour le Parti de l'action démocratique (DAP). «Le monde entier sait ­désormais que le régime de Najib Razak est corrompu, s'enthousiasme une quinquagénaire aux cheveux teints en violet. Il faut que ça change !»

«Ubah» («changer» en malais) : le mot était sur toutes les lèvres ce week-end en Malaisie. Ce mercredi, ce pays de 32 millions d'habitants se rend aux urnes pour les élections générales. Et Umno, le parti qui s'accroche par tous les moyens au pouvoir depuis la fin de la colonisation

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.