Madrid veut bloquer la candidature de Puigdemont comme président de Catalogne

Chargement en cours
 Le président catalan destitué Carles Puigdemont, à Bruxelles, le 24 janvier 2018

Le président catalan destitué Carles Puigdemont, à Bruxelles, le 24 janvier 2018

1/2
© AFP, EMMANUEL DUNAND

AFP, publié le jeudi 25 janvier 2018 à 16h44

Le gouvernement espagnol a annoncé jeudi qu'il allait demander à la justice de bloquer la candidature de Carles Puigdemont pour être rétabli président de Catalogne, alors qu'il fait l'objet d'un mandat d'arrêt depuis la tentative de sécession de la région.

La démarche du gouvernement a immédiatement été dénoncée par la formation du président destitué, Ensemble pour la Catalogne (JxCat). "Nous n'accepterons ni les menaces ni la coercition, a-t-elle réagi sur son compte Twitter. Le gouvernement ne respecte pas le résultat (des élections régionales) du 21 décembre", remportées par les indépendantistes.

Tous les efforts de Madrid pour barrer la route à Carles Puigdemont ont conduit jusqu'à présent les séparatistes à serrer les rangs derrière lui, même si l'autre grand parti indépendantiste, la Gauche républicaine de Catalogne, critique à mi-voix les manoeuvres de l'ex-président réfugié à Bruxelles.

M. Puigdemont, qui s'est exilé en Belgique pour échapper aux poursuites judiciaires, a été désigné cette semaine comme seul candidat à la présidence de l'exécutif régional.

Destitué avec l'ensemble de son gouvernement après la proclamation d'une République de Catalogne le 27 octobre dernier, il se présente toujours comme le président légitime de sa région. 

Il prétend reprendre son poste après la victoire des partis indépendantistes aux élections de décembre, convoquées par Madrid lors de la mise sous tutelle de la région rebelle. 

Comme il fait l'objet d'un mandat d'arrêt en Espagne, il envisage de se faire élire par le parlement par téléconférence ou par procuration. 

Le gouvernement espagnol a promis de tout faire pour l'en empêcher.

Le chef du gouvernement Mariano Rajoy se prépare ainsi à "déposer un recours devant la Cour constitutionnelle contre la décision du président du parlement catalan... de proposer Carles Puigdemont comme candidat à la présidence de la Generalitat", l'exécutif catalan, a annoncé Soraya Saenz de Santamaria, numéro deux du gouvernement espagnol, lors d'une conférence de presse.

M. Rajoy a demandé jeudi l'avis du Conseil d'Etat avant de déposer ce recours, peut-être dès vendredi, a-t-elle ajouté. Si le recours est accepté, la candidature sera immédiatement suspendue.  

"Le fondement du recours, a-t-elle expliqué, est que la situation juridique de M. Puigdemont est incompatible avec sa présentation en personne au parlement (catalan pour être investi), puisqu'il fait l'objet d'un mandat d'arrêt qui doit être exécuté dès qu'il revient en territoire espagnol".

- En alerte contre un retour de Puigdemont -

Le président du parlement catalan, Roger Torrent, est libre de désigner un autre candidat, a ajouté la vice-présidente. 

M. Torrent réunissait jeudi le bureau du parlement pour fixer la date de la session d'investiture, qui doit s'ouvrir au plus tard le 31 décembre.

Mme Saenz de Santamaria a également annoncé que le gouvernement avait demandé au conseil d'Etat un avis sur la possibilité d'élire "un candidat qui ne soit pas présent au parlement". 

Un avis favorable permettrait de demander l'annulation d'une éventuelle élection à distance.

M. Puigdemont laisse aussi encore planer le doute sur un retour clandestin en Espagne, pour se présenter au parlement en déjouant le mandat d'arrêt. Le gouvernement a renforcé les contrôles pour l'en empêcher. 

"Nous allons faire en sorte qu'il ne puisse pas entrer, pas même dans le coffre d'une voiture", ni "en hélicoptère, ULM ou bateau" a déclaré le ministre de l'Intérieur Juan Ignacio Zoido.

La télévision régionale TV3, pro-indépendantiste, passait en boucle jeudi les images d'agents inspectant les égoûts sous le parlement catalan.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
31 commentaires - Madrid veut bloquer la candidature de Puigdemont comme président de Catalogne
  • rajoy est en train de saborder son parti car la catalogne n'est pas la seule province à avoir des ambitions de séparatisme
    autant de provinces que de cultures de traditions et langues différentes
    la seule solution pour l’Espagne est de devenir un pays fédéral

  • Le chef du gouvernement Espagnol a parfaitement raison de ne pas accepter la candidature de PIGDEMONT : c'est un lache, il s'est exilé en Belgique quand il a vu que le vent ne tournait pas en sa faveur.

    un lâche qui a le courage de faire selon ses convictions malgré les risques encourus
    si vous voulez voir des laches alors regardez nos politiques qui eux ne savent pas prendre leurs responsabilités
    ils sont incapables d'assumer leur avis sur le sort des djihadistes prisonniers en Irak ou en Syrie

  • Rajoy ou le retour de Franco !

  • En FRANCE comme en ESPAGNE que signifie DEMOCRATIE ? Un mot qui ne fait plus parti du dictionnaire a croire ou completement galvodé Il y a une politique espagnole vieille de plusieurs décennies pourquoi la transformée subitement Le president catalan est elu ,il n'est pas obligé de penser comme son ou ses collègues

  • ARRÊTEZ CES DÉLIRES! La Constitution espagnole est la plus libérale d'Europe, reconnaissent des juristes. Faut-il rappeler que Puigdemont est un putschiste qui, avec un parlement régional élu par 45% de voix, et encore grâce à une loi scélérate qui donne un avantage en voix à la campagne, rétrograde comme aux USA, minoritaire dans la région, a voulu créer une sécession de la Catalogne,refusée par la majorité des Catalans? Faut-il rappeler que Mas et lui et sa bande sont impliqués dans les détournements de fonds de l'affaire Palau, énorme scandale, qui les a rendus d'autant plus indépendantistes qu'ils veulent échapper aux poursuites espagnoles? Faut-il rappeler que même les "letrados", les juristes du Parlement catalan ont dit que cette candidature à distance nie est illégale?Faut-il rappeler que 3000 entreprises ont quitté à ce jour la Catalogne à cause de cette folie sécessionniste qui l'arracherait à l'Europe, à l'euro, à la protection de la Banque centrale? Aucun pays ne reconnaîtrait une Catalogne indépendante, qui, par ailleurs, n'a jamais été autonome dans son histoire, contrairement aux affirmations mensongères de ces gens-là. Pigdemont et sa bande n'ont pas la majorité, remportée par Ciudadanos, ni même au Parlement car Podemos a 8 voix, qui s'abstiennent par calcul politique de leur chef.

    jakuse nous n'avons rien à leur envier
    notre parlement lui a été élu avec moins 42% des voix
    chaque pays a sa constitution , pourquoi devraient ils les calquer sur la notre
    c'est le choix souverain de chaque peuple

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]