Macron et Trudeau louent un «multilatéralisme fort» avant un G7 «difficile»

Macron et Trudeau louent un «multilatéralisme fort» avant un G7 «difficile»
Les deux dirigeants auront de nouveau l'occasion d'exposer leurs convergences de vue jeudi matin lors d'une conférence de presse.

leparisien.fr, publié le jeudi 07 juin 2018 à 06h22

Les deux dirigeants ont fait front commun face à la «guerre commerciale» de Donald Trump. Ils rejoindront le G7 vendredi à La Malbaie, petite ville située à 140 km de Québec.

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau ont affirmé de concert mercredi leur soutien à « un multilatéralisme fort », 48 heures avant un sommet du G7 rendu « difficile » par les positions américaines.

Les deux dirigeants ont souligné leur volonté « d'appuyer un multilatéralisme fort, responsable, transparent pour faire face aux défis mondiaux », dans une déclaration conjointe.

Face à la guerre commerciale opposant Washington à ses alliés, Justin Trudeau avait averti mercredi que les discussions s'annonçaient « difficiles » avec les États-Unis au sommet du G7 qui se tient vendredi et samedi au Québec.

« Dans un contexte géopolitique complexe, marqué par des enjeux cruciaux pour l'avenir de la planète et de l'ordre international, la France et le Canada sont déterminés à œuvrer ensemble pour y apporter des réponses », affirment Paris et Ottawa.

« Les deux pays réitèrent notamment leur plein appui au système des Nations Unies et soutiennent le secrétaire général des Nations unies dans ses efforts pour le renforcer », souligne cette déclaration conjointe.

A une époque de remise en question de l'ordre libéral international, « la France et le Canada s'entendent pour promouvoir et défendre la démocratie sur les plans multilatéral et national », poursuivent les deux gouvernements. La France et le Canada annoncent en outre la tenue à Paris en novembre prochain d'un Forum de la Paix.

Attendu à Montréal

Les deux dirigeants auront de nouveau l'occasion d'exposer leurs convergences de vue jeudi matin lors d'une conférence de presse. Le président français se rendra ensuite à Montréal pour rencontrer le Premier ministre québécois Philippe Couillard, avec qui il devrait notamment parler francophonie, intelligence artificielle et échanges commerciaux et culturels.

Il poursuivra vers La Malbaie, petite ville à 140 km de Québec surplombant le fleuve Saint-Laurent, où se déroule vendredi et samedi, dans un grand hôtel ultra-sécurisé, le sommet du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon).

Vers un G6 + 1

Le sommet risque notamment de refléter l'isolement de Washington sur plusieurs fronts, comme le multilatéralisme et la lutte contre le réchauffement climatique.

D'ailleurs l'Elysée a fait savoir dans la nuit que Macron comme Trudeau n'étaient « pas prêts à tout accepter pour avoir un communiqué commun » avec les Etats-Unis. « Nous ne serons pas prêts à accepter un communiqué collectif qui ne mentionnerait pas l'accord de Paris », a notamment expliqué la présidence française. Autre interdit, sur l'Iran « nous n'accepterons jamais une déclaration » condamnant l'accord nucléaire ou disant « qu'il est caduc ou que l'Iran respecte pas ses obligations », selon la même source.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.