Liban: Hariri annonce la perte d'un tiers des sièges de son mouvement au Parlement

Liban: Hariri annonce la perte d'un tiers des sièges de son mouvement au Parlement
Un portrait du Premier ministre libanais Saad Hariri entre deux bâtiments dans le quartier sunnite de Tariq al-Jadida à Beyrouth, le 4 mai 2018

AFP, publié le lundi 07 mai 2018 à 16h14

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé lundi que son mouvement avait perdu un tiers de ses sièges au sein du Parlement, au lendemain des premières législatives organisées dans le pays en près d'une décennie.

Le Courant du Futur disposera de 21 députés dans le nouvel hémicycle, a annoncé M. Hariri lors d'une conférence de presse, contre 33 sièges dans le Parlement sortant (sur 128 au total). 

"Nous avions parié sur un meilleur résultat et un bloc plus large", a-t-il reconnu, justifiant ce recul en pointant notamment du doigt l'adoption d'une nouvelle loi électorale en 2017.

"Le problème de cette loi électorale, c'est que plein de gens ne l'ont pas comprise", a-t-il assuré, s'exprimant sur un ton décontracté, plaisantant avec les journalistes.

Il a toutefois reconnu que certaines "performances n'étaient pas à la hauteur", sans expliciter.

La nouvelle loi, qui introduit pour la première fois un mode de scrutin proportionnel, a laissé perplexes bien des électeurs, parfois obligés de choisir parmi des listes électorales alliant leurs candidats favoris à des partis qu'ils ne soutiennent pas.

Le partage du pouvoir au Liban entre les différentes communautés religieuses empêche la suprématie d'un seul parti ou d'une communauté au sein de l'hémicycle.

Mais le grand rival de M. Hariri, le mouvement chiite Hezbollah, un des principaux alliés de l'Iran au Moyen-Orient, semble en passe de confirmer son emprise sur la scène politique libanaise.

Les estimations du parti chiite, quelques heures après le début du dépouillement, indiquent que le mouvement a raflé la mise quasiment partout où il était présent.

Les législatives de dimanche ont toutefois été marquées par un faible taux de participation -49,2%-, dans un pays où la corruption et le népotisme imputés à la classe politique font régner un certain désenchantement au sein de la population.

Les dernières législatives remontent à 2009. A trois reprises, le Parlement a prorogé son mandat, invoquant notamment des risques sécuritaires.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.