Droits LGBT: l'Allemagne se pare aux couleurs arc-en-ciel

Chargement en cours
Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin au siège de la confédération européenne à Nyon le 4 décembre 2019
Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin au siège de la confédération européenne à Nyon le 4 décembre 2019
1/4
© AFP, Fabrice COFFRINI

publié le jeudi 24 juin 2021 à 00h19

L'Allemagne s'est parée mercredi des couleurs arc-en-ciel en soutien à la communauté LGBT à l'occasion d'un match de l'Euro contre la Hongrie, pour protester contre une loi jugée homophobe qui ravive les tensions entre Budapest et ses partenaires européens.

Cette législation interdisant la diffusion de contenus sur l'homosexualité aux mineurs, appelée à entrer en vigueur en juillet, a provoqué une controverse politico-sportive d'une rare intensité, impliquant UEFA, gouvernements européens et institutions de l'UE.

La ville de Munich, où se déroulait mercredi soir la rencontre Allemagne-Hongrie (2-2) dans le cadre de l'Euro, voulait à l'origine illuminer le stade aux couleurs symboles de la communauté LGBT et de la tolérance, afin "d'envoyer un signal clair de solidarité" avec les homosexuels.

Mais l'UEFA a refusé, en invoquant une obligation de neutralité politique, mais s'attirant de nombreuses critiques dans toute l'Europe.

"Je ne vois pas ce qu'il y a de politique", dit à l'AFP un supporteur allemand venu à la rencontre, Michael, 51 ans. "Je pense que cela aurait été un beau signal" d'illuminer le stade, ajoute-t-il.

- Illuminations -

En signe de défiance face à la fédération européenne de football, plusieurs autres stades de football allemands, à Berlin, Francfort, Cologne, Düsseldorf, Cologne ou encore Augsburg ont été illuminés dans la soirée aux couleurs arc-en-ciel.

De nombreuses municipalités du pays ont éclairé leurs hôtels de ville de la même manière, à commencer par Munich, mais aussi des salles de concert comme l'Elbphilharmonie de Hambourg, ou de grandes entreprises comme la compagnie nationale des chemins de fer.

Et dans la stade de Munich, un activiste a envahi la pelouse au moment de l'hymne national magyar en brandissant un drapeau aux couleurs arc-en-ciel, avant d'être évacué par la sécurité.

Dans les tribunes, au milieu des drapeaux allemands noir, rouge et or, de nombreux spectateurs tenaient aussi de petits fanions aux couleurs arc-en-ciel, distribués avant la rencontre devant le stade par des associations de défense des LGBT.

Madeleine, supportrice de 26 ans, porte sur la tête chacun des deux drapeau. "L'Allemagne doit envoyer un message et c'est le meilleur moyen de le faire", dit-elle à l'AFP.

"Opposition claire aux discrimination et soutien à la liberté et à la tolérance", tweete aussi depuis les tribunes le ministre-président de Bavière, Markus Söder, portant un masque anti-Covid aux couleurs arc-en-ciel.

- 'Honte' -

Sur le front politique, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a qualifié de "honte" le texte hongrois, qui va à l'encontre "des valeurs fondamentales de l'UE".

La chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi dénoncé une "mauvaise" loi, "incompatible avec (son) idée de la politique".

Du chef de la diplomatie allemande à la présidence française, de nombreuses capitales européennes ont déploré en parallèle le refus de l'UEFA d'autoriser l'illumination dans le stade du match Allemagne-Hongrie.

Son président, le Slovène Aleksander Ceferin, a tenté de se défendre en dénonçant des initiatives "populistes" de gens qui "essaient trop souvent d'abuser des associations sportives à leurs propres fins".

La décision de l'UEFA a été en revanche saluée par le gouvernement hongrois du souverainiste Viktor Orban.

"Dieu merci, les dirigeants du football européen ont fait preuve de bon sens (...) en ne participant pas à ce qui aurait été une provocation politique envers la Hongrie", s'est félicité le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto.

Et plusieurs clubs de football hongrois vont éclairer mercredi leur stade aux couleurs du drapeau national, rouge-blanc-vert, pendant le match de l'Euro Allemagne-Hongrie. 

Dans les rues de Munich, Csongor, un supporteur venu de la région de Budapest, dénonçait auprès de l'AFP "une campagne de dénigrement" contre son pays, "contre l'équipe nationale hongroise et peut-être aussi contre le gouvernement hongrois".

Quelques dizaines de supporteurs hongrois ultra, vêtus de T-shirt noirs et brandissant des drapeaux hongrois, ont marché dans les rues de Munich, et soutenu bruyamment leur équipe dans le stade.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.