Le "rassembleur" Joe Biden prend les rênes d'une Amérique meurtrie

Chargement en cours
Le président américain Joe Biden lors de son discours d'investiture à Washington, le 20 janvier 2021
Le président américain Joe Biden lors de son discours d'investiture à Washington, le 20 janvier 2021
1/6
© AFP, ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

, publié le jeudi 21 janvier 2021 à 00h55

C'est en promettant d'être le "président de tous les Américains" que Joe Biden a entamé son mandat mercredi, couronnement d'une très longue carrière, et d'une campagne menée sur la promesse de livrer "bataille pour l'âme" du pays après les années Trump. 

Mais à 78 ans, le vieux lion de la politique a reconnu que les divisions étaient "profondes et réelles" dans ce pays encore sous le choc de l'assaut meurtrier du Capitole et frappé par la pandémie.

Après deux premières tentatives présidentielles ratées, une campagne exceptionnellement agressive et une victoire assombrie par les allégations, sans fondement, de fraude lancées par son rival républicain, Joe Biden a accompli mercredi son rêve: pousser à nouveau les portes de la Maison Blanche, cette fois dans les habits de président.

"On dirait que je rentre à la maison", a déclaré le 46e président des Etats-Unis en franchissant, à pied et en famille, les derniers mètres le séparant de la Maison Blanche. 

Depuis l'annonce de sa candidature, en 2019, jusqu'à son investiture, l'ancien vice-président de Barack Obama aura tout fait pour incarner cette unité et ce retour au calme qu'il promet après le tempétueux républicain, qu'il accuse d'avoir "déchiré" les Américains.

Déjà, il peut revendiquer sa place dans les livres d'histoire comme l'homme qui a fait tomber Donald Trump.

Mais les divisions déjà béantes se sont encore creusées ces dernières semaines.

Après les violences du Capitole et face au lourd bilan de la pandémie, celui qui est devenu mercredi le plus vieux président des Etats-Unis a donc plaidé, une nouvelle fois, pour le rassemblement.  

"Nous nous en sortirons ensemble", a lancé ce vétéran de la politique lors de son discours d'investiture. 

 - Empathie et gaffes -

C'est dans un brusque passage du triomphe à la douleur qu'il avait démarré, à seulement 29 ans, sa carrière nationale. 

Tout juste élu sénateur du Delaware, il avait alors fêté, fringant et entouré de sa famille radieuse, sa victoire en novembre 1972. Un mois plus tard, son épouse et sa fille d'un an étaient tuées dans un accident de voiture, ses deux fils blessés.

Ce drame, puis la perte de son fils aîné en 2015, nourrissent l'empathie qu'il offre aux Américains. La compassion, Joe Biden en a fait l'un de ses plus célèbres traits de caractère politique.

En 2021, le port altier de ses débuts est toujours là et les grandes envolées passionnées aussi.

Mais le vieux routier de la politique ne remplit plus ses costumes bien taillés comme à ses grandes heures. Debout, ses jambes semblent désormais fragiles. Et sa chevelure blanche clairsemée cache mal son crâne.

Certains, même parmi ses soutiens, craignaient que Joe Biden, enclin aux gaffes et dérapages, ne trébuche, voire s'effondre, lors de sa longue bataille contre Donald Trump, tribun de 74 ans au style plus agressif.

Le Covid-19, qui a brusquement paralysé la campagne en mars, l'a privé de l'un de ses atouts: le contact direct avec les électeurs.

S'il avait repris à partir de fin août un rythme plus soutenu de déplacements, son respect strict des consignes sanitaires a largement bridé sa présence sur le terrain. Et, selon ses détracteurs, lui a aussi permis de réduire les prises de parole et les questions de la presse, minimisant les imprévus.

Donald Trump le surnommait "Joe l'Endormi", avant de taire son nom en niant sa victoire. Il a raillé les questions "faites pour un enfant" posées par les journalistes au candidat démocrate, tout en l'attaquant sur sa forme physique et mentale.

Les bredouillements et égarements de Joe Biden, bègue dans son enfance, tournent en boucle chez les trumpistes. Et l'entourage du milliardaire, comme ses partisans, décrivent carrément leur adversaire comme un vieillard sénile.

Difficile de voir, dans ces circonstances, comment sa "main tendue" pourrait être bien reçue. 

- Retour historique  -  

Mais Joe Biden a déjà fait mentir les pronostics. 

Au printemps 2020, il avait signé une remontée historique en politique américaine en décrochant une victoire triomphante à la primaire démocrate. 

Jugé par certains trop vieux, trop centriste, il avait encaissé trois premiers échecs cuisants, avant de remporter une large majorité en Caroline du Sud grâce aux suffrages des électeurs afro-américains, pierre angulaire pour tout démocrate briguant la Maison Blanche.

Fort de ce succès, le candidat avait rallié rapidement les soutiens des autres modérés, puis battu son grand rival Bernie Sanders.

Contrairement à l'âpre et longue bataille de 2016 entre ce dernier, socialiste autoproclamé, et Hillary Clinton, Joe Biden avait réussi à vite rassembler l'aile gauche du parti, animée par un même objectif: battre Donald Trump.

Mais même si Joe Biden a fait campagne, selon les mots de Barack Obama, avec le "programme le plus progressiste" de l'histoire américaine, certains à gauche le trouvent encore trop tiède. Et grincent quand il parle de reprendre le dialogue avec les républicains.

Reste à voir si le président modéré parviendra à tenir ses troupes maintenant qu'il est installé dans le Bureau ovale. 

- "Pas rancunier" -

La troisième tentative fut donc la bonne pour cette figure de l'establishment, après l'échec aux primaires démocrates de 1988 et 2008.

Lors de son premier essai, il avait dû rapidement jeter l'éponge après avoir grandement plagié un discours du travailliste britannique Neil Kinnock. 

Sénateur pendant plus de 35 ans (1973-2009) puis vice-président de 2009 à 2017, le septuagénaire a arpenté pendant des décennies les couloirs du pouvoir à Washington.

Une longue vie politique jalonnée d'épisodes controversés, mais aussi de réussites qu'il brandit aujourd'hui.

Dans les années 1970, en pleine déségrégation, il s'oppose à la politique dite du "busing", visant à transporter en car des enfants noirs dans des écoles à majorité blanche pour favoriser la mixité.

Cette position satisfait alors des électeurs blancs du Delaware mais reviendra le hanter des décennies plus tard, lorsque la sénatrice noire Kamala Harris, alors sa rivale pour la primaire démocrate, la lui reproche en plein débat télévisé.

Affichant qu'il n'est "pas rancunier", Joe Biden la choisit malgré tout comme colistière. Première candidate noire et d'origine indienne à briguer ce poste, elle devient mercredi la première femme vice-présidente des Etats-Unis. 

Populaire chez les Afro-Américains, Joe Biden avait aussi, à ses débuts comme élu local à Wilmington, prôné le développement des logements sociaux, au grand dam des habitants blancs. Et il raconte souvent comment son expérience de maître-nageur dans un quartier majoritairement noir a fondé son engagement politique.

D'autres épisodes ont plombé sa campagne pour la Maison Blanche: son vote pour la guerre en Irak de 2003 ou l'audition houleuse au Sénat en 1991, sous sa houlette, d'Anita Hill qui accusait le candidat à la Cour suprême Clarence Thomas de harcèlement sexuel.

Et son soutien appuyé à une "loi sur la criminalité" de 1994, jugée responsable de l'explosion du nombre de détenus, dont une grande proportion d'Afro-Américains.

"Une erreur", reconnaît aujourd'hui Joe Biden, qui insiste lui sur un autre pan de cette réforme: une loi contre les violences faites aux femmes, dont il se dit "le plus fier".

En 2017, il s'allie avec sa "grande amie" Lady Gaga pour lutter contre le harcèlement sexuel. Et mercredi, la star américaine a chanté, une nouvelle fois, pour "Joe" lors de son investiture.

Dès son arrivée à la Maison Blanche auprès de Barack Obama, en pleine crise financière de 2008, l'ex-sénateur avait oeuvré à l'adoption par le Congrès d'un vaste plan de relance. 

Un bilan qu'il souligne à l'envi pour affirmer pouvoir à nouveau relancer l'économie, plombée cette fois par la pandémie.

- Le "fils de" Scranton - 

"Il est en politique depuis 47 ans": Donald Trump a cherché à le présenter en créature de ce "marigot" politicien qu'il dénonce sans cesse.  

Joe Biden a rétorqué que l'élection marquait un choix entre les classes ouvrière et moyenne, qu'il défend, et "Park Avenue", la clinquante rue new-yorkaise symbole du riche héritier.

En soulignant fièrement ses origines modestes. 

Joseph Robinette Biden Jr. est né le 20 novembre 1942 à Scranton, en Pennsylvanie.

Dans les années 1950, la ville industrielle traverse une passe difficile. Son père cherche du travail dans l'Etat voisin du Delaware puis, après des allers-retours, installe toute la famille à Wilmington. Joe Biden a dix ans. Il en fera son fief.

"Mon père disait toujours: +Champion, on prend la mesure d'un homme non pas selon le nombre de fois qu'il est mis à terre, mais d'après le temps qu'il met à se relever+", rappelle-t-il sans relâche. 

Petit garçon, il souffre des moqueries des autres pour son bégaiement. Mais dit avoir appris seul, face au miroir, à surmonter son handicap.

"Je vis dans le Delaware mais je suis un fils de la Pennsylvanie, né à Scranton", a répété Joe Biden pendant la campagne, sillonnant son Etat natal où les sondages étaient serrés.

Affront ultime, Donald Trump l'avait accusé d'avoir "abandonné" la Pennsylvanie. Le démocrate a finalement remporté cet Etat clé pour sa victoire.

- L'atout Jill Biden -  

Les manières très tactiles de Joe Biden ont été dénoncées par des femmes qui trouvaient ces gestes déplacés. Promettant de faire désormais attention à "l'espace personnel" des autres, il avait dû s'excuser en avril 2019 pour éloigner cette polémique qui menaçait sa candidature.  

Lui-même accusé d'agression sexuelle ou harcèlement par plus d'une dizaine de femmes, Donald Trump n'avait que peu commenté les graves accusations d'une femme, Tara Reade, qui affirme que Joe Biden l'a agressée dans les années 1990. Ce qu'il nie catégoriquement.

Souvent à ses côtés, son épouse Jill Biden, 69 ans, est restée discrète face à cette accusation.

Enseignante dynamique, elle est aussi l'un de ses meilleurs atouts politiques. Le couple s'est marié en 1977 et a une fille, Ashley.

Encore petits, ses deux fils survivants de son premier mariage, Beau et Hunter, lui avaient eux-mêmes suggéré d'épouser Jill, a raconté Joe Biden dans ses mémoires, affirmant: "Elle m'a redonné la vie".  

"Cela ne disparaît jamais": il évoque souvent la douleur qui l'habite depuis le décès en 2015 de son aîné, Beau Biden, d'un cancer du cerveau. Une perte qui l'avait retenu de se lancer dans la présidentielle de 2016. 

Hunter Biden, lui, est une cible régulière des républicains, Donald Trump en tête, qui l'accusent d'avoir "monnayé un accès" à son père lorsqu'il était vice-président. A l'époque, le turbulent avocat et conseiller faisait des affaires en Chine et en Ukraine. 

C'est d'ailleurs parce qu'il tentait d'obtenir des informations compromettantes sur les Biden que Donald Trump a été accusé par les démocrates d'avoir fait pression sur Kiev. 

Ultra-protecteur de sa famille, le chef du clan Biden a toujours défendu son fils, s'en disant "fier" même après l'annonce, en décembre, qu'il était visé par une enquête sur sa situation fiscale. 

- "Un regret" -   

Veuf après l'accident de voiture tragique, Joe Biden avait pris, en janvier 1973, ses fonctions de sénateur au chevet du lit d'hôpital de ses fils blessés. 

Encore aujourd'hui, il s'arrête souvent saluer des pompiers en rappelant que ce sont eux qui ont "sauvé la vie" de ses garçons. Et la sienne.

En 1988, les pompiers l'avaient transporté en urgence à l'hôpital après une rupture d'anévrisme. Son état avait été jugé si grave qu'un prêtre avait été appelé pour lui donner les derniers sacrements.

Catholique fier de ses origines irlandaises, Joe Biden se rend tous les dimanches, ou presque, à la petite église St. Joseph on the Brandywine dans son quartier cossu de Wilmington.

C'est là, dans le cimetière, que reposent ses parents, sa première épouse Neilia et sa fillette Naomi ainsi que, plus loin sous une pierre tombale décorée de petits drapeaux américains, Beau.

Mardi, à la veille de son investiture, un Joe Biden très ému avait confié à propos de son fils:

"Je n'ai qu'un regret, c'est qu'il ne soit pas là, parce que cela devrait être à nous de le présenter en tant que président." 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.