Le président Zelensky compare les Ukrainiennes à une "marque" et suscite un tollé

Le président Zelensky compare les Ukrainiennes à une "marque" et suscite un tollé
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky donne une conférence de presse à l'Elysée, lors d'une visite officielle à Paris le 17 juin 2019

AFP, publié le mardi 18 juin 2019 à 14h34

Des associations de défense des droits humains et des internautes s'indignaient mardi en Ukraine de propos tenus la veille par le nouveau président Volodymyr Zelensky, qui a comparé les femmes du pays à une "marque" touristique.

"Les touristes ont toujours dit que l'Ukraine est très belle, qu'on y mange bien et que les gens sont magnifiques, surtout les femmes. Oui, tout cela est vrai et c'est notre marque", a affirmé lundi M. Zelensky lors d'une visite officielle à Paris.

"Les présidents changent, mais le sexisme demeure. Voilà notre vraie marque de fabrique", a rétorqué dans un message publié sur Facebook Tetiana Pechonchyk, directrice de l'ONG Human Rights Information Centre.

La militante a rapproché cette sortie à celle de l'ancien président prorusse Victor Ianoukovitch, qui au forum de Davos en 2011 avait invité les investisseurs à se rendre en Ukraine à l'arrivée des beaux jours quand les "châtaigniers fleurissent" et que les "femmes ukrainiennes commencent à se dévêtir".

Son successeur, l'ex-président pro-occidental Petro Porochenko avait pour sa part appelé une journaliste "ma chérie", a rappelé Mme Pechonchyk.

"Chers politiciens, le sexisme n'est plus une mode. Et il vaut mieux faire le buzz sans discrimination", a réagi de son côté l'ONG ukrainienne Insight LGBTQ, ajoutant qu'une femme "est une personne, pas une marque."

Sur les réseaux sociaux, des internautes ont lancé le hashtag "Je ne suis pas une marque" pour protester contre les propos de Volodymyr Zelensky. 

Avec ironie, la blogueuse Dana Iarovaïa a souligné sur Facebook que les Ukrainiennes n'étaient pas seulement une "magnifique image nationale", mais prenaient également part au conflit qui oppose Kiev à des séparatistes prorusses dans l'Est du pays.

"S'il vous plaît, dites (à Zelensky) que les Ukrainiennes s'occupaient des blessés, qu'elles allaient les chercher sous les bombardements", a affirmé cette ancienne auxiliaire médicale dans l'armée ukrainienne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.