Le cyclone Mekunu rétrogradé en dépression tropicale, deux morts à Oman

Chargement en cours
Une voiture à la dérive dans une rue inondée de Salalah, lors du passage du cyclone Mekunu, le 26 mai 2018 dans le sud d'Oman
Une voiture à la dérive dans une rue inondée de Salalah, lors du passage du cyclone Mekunu, le 26 mai 2018 dans le sud d'Oman
1/3
© AFP, MOHAMMED MAHJOUB
A lire aussi

AFP, publié le samedi 26 mai 2018 à 15h06

Le cyclone Mekunu a été rétrogradé samedi en dépression tropicale samedi après avoir violemment frappé le sud d'Oman, faisant au moins deux morts et causant d'importants dégâts, ont indiqué les autorités. 

Ce premier cyclone tropical de la saison 2018 dans l'océan Indien nord avait balayé jeudi l'île yéménite de Socotra où sept personnes sont mortes et huit sont toujours portées disparues.

Il se dirige actuellement vers l'Arabie saoudite qu'il doit atteindre dans la journée.

Passé en catégorie 2 vendredi, le cyclone avait déferlé sur la côte des provinces méridionales omanaises de Dhofar et Al-Wusta, provoquant des vents violents et des intempéries.

La police a rapporté la mort d'un homme au volant de sa voiture, emportée par les inondations près de la ville de Salalah, et d'une jeune fille de 12 ans, victime des rafales de vent. 

La Défense civile a elle indiqué que "trois ressortissants asiatiques" étaient portés disparus, sans préciser leur nationalité. Elle a aussi affirmé avoir sauvé des centaines de personnes, dont 260 marins étrangers pris au piège en mer. 

"Les dernières prévisions météorologiques et les images satellites (...) montrent que le cyclone tropical s'est mué en dépression" tropicale, selon les services météorologiques omanais.

Ils ont toutefois prévenu que de fortes pluies et des vents soufflant à 60 km/h étaient toujours prévus au-dessus des deux provinces touchées.

L'aéroport de Salalah a rouvert mais les écoles dans la région sinistrée restent fermées jusqu'à lundi.

Le cyclone Mekunu avait aussi frappé jeudi l'île yéménite de Socotra, à quelque 350 kilomètres des côtes méridionales du Yémen. Il a coûté la vie à au moins sept personnes --cinq Yéménites et deux Indiens--, selon le ministre yéménite des Ressources halieutiques Fahd Kfaïn.

Les secours ont retrouvé quatre marins indiens qui étaient portés disparus et les recherches se poursuivent pour retrouver huit autres marins indiens, a précisé le ministre.

Le gouvernement a déclaré cet archipel, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco pour sa riche biodiversité, "zone sinistrée".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.