La planète réunie au chevet de la biodiversité en crise

La planète réunie au chevet de la biodiversité en crise

Le président de l'IPBES, Robert Watson, écouté par le président colombien Juan Emmanuel Santos, lors de son discours d'ouverture le 17 mars 2018 à Medellin

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 18 mars 2018 à 04h50

Plus de 750 experts du monde entier sont réunis pour une semaine en Colombie pour évaluer la "crise" de biodiversité à laquelle la Terre est confrontée et préconiser des solutions contre l'extinction massive d'espèces, la première depuis la disparition des dinosaures.

"Protéger la biodiversité est aussi important que lutter contre le changement climatique", a souligné le président Juan Emmanuel Santos, en inaugurant cette VIe session plénière de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

Ce forum rassemble des scientifiques et des décideurs de 116 des 128 états membres de l'IPBES jusqu'au 26 mars à Medellin, deuxième ville de Colombie, pays le plus bio-divers de la planète après le Brésil.

"Ce qui arrive à l'un, arrive à tous. Si nous en sommes conscients, nous pourrons être plus responsables en matière de protection de l'environnement et de préservation de la paix", a estimé M. Santos, dont le pays émerge peu à peu de plus d'un demi-siècle de conflit armé.

"Aujourd'hui, le monde est à un carrefour", a ajouté Sir Robert Watson, président de l'IPBES, déplorant que "l'historique et actuelle dégradation et destruction de la nature sabote le bien être humain pour les actuelles et innombrables futures générations".

Selon IPBES, la Terre est confrontée à une "extinction massive" d'espèces, la première depuis la disparition des dinosaures il y a environ 65 millions d'années, la sixième en 500 millions d'années.

- Cinq rapports, trois ans de travail -

A Medellin, les experts vont évaluer les dégâts sur la faune, la flore et les sols de la Terre. Puis seront dévoilées les grandes lignes de cinq volumineux rapports, ainsi que des solutions pour minimiser l'impact des activités humaines sur l'environnement.

"En dégradant la biodiversité, nous réduisons aussi la nourriture des gens, l'eau propre que nous devons boire et les forêts qui sont nos poumons", a averti le directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), Erik Solheim, dans un message retransmis depuis Brasilia, où il participe au Forum mondial de l'eau.

Pour dresser son état des lieux, l'IPBES a divisé la planète en quatre régions: Amériques, Afrique, Asie-Pacifique et Europe-Asie centrale. Chacune a fait l'objet d'une analyse approfondie et d'un rapport de 600 à 900 pages, que les experts vont étudier à huis clos. Puis le diagnostic sera rendu vendredi prochain.

Un second bilan sera extrait lundi 26 mars d'un cinquième rapport, le premier du genre sur l'état des sols du monde, de plus en plus dégradés par la pollution, la déforestation, l'exploitation minière et des pratiques agricoles non durables qui les appauvrissent.

"Un défi immensément ambitieux nous attend cette semaine", a souligné la secrétaire exécutive de l'IPBES, Anne Larigauderie.

Durant trois ans, quelque 600 chercheurs ont travaillé bénévolement sur ces évaluations, qui synthétisent les données d'environ 10.000 publications scientifiques. Le résultat final couvre la totalité de la Terre, hormis les eaux internationales des océans et l'Antarctique.

Les déléguées de l'IPBES se retrouvent dans un pays qui compte plus de 56.300 espèces de plantes et d'animaux. 

La Colombie, n°1 pour le nombre d'espèces d'orchidées et d'oiseaux (plus de 1.920, 19% du monde), est traversée par trois cordillères andines, une topographie complexe qui a permis l'évolution de 311 écosystèmes différents.

- Le défi de la déforestation -

La guerre, qui a fait plus de huit millions de victimes entre morts, disparus et déplacés internes, a longtemps converti en zones interdites d'immenses parties du territoire, ainsi paradoxalement préservées.

Mais 1.200 espèces sont menacées par le déboisement et la pollution, dus en particulier à l'agriculture et à l'élevage extensifs, aux plantations illicites de marijuana et de coca, matière première de la cocaïne, qui a servi à financer le conflit, et aux exploitations minières clandestines.

"Nous sommes encore confrontés à un énorme défi lié au contrôle de la déforestation", a admis en février le ministre colombien de l'Environnement et du Développement durable, Luis Gilberto Murillo, en faisant état d'environ 170.000 ha déboisés en 2017.

Les experts vont en outre élaborer des synthèses d'un trentaine de pages, destinées aux dirigeants des pays membres de l'IPBES, afin de les orienter en matière de protection de la biodiversité. Le contenu en sera négocié "mot par mot".

Allant des transports à l'éducation, en passant par l'agriculture, ces "résumés" ne sont pas contraignants. Ce sont des "suggestions", avait précisé Mme Larigauderie à l'AFP, avant le forum.

"Il se peut que certains pays ne soient pas satisfaits de ce que le rapport dit de l'état de leur biodiversité", a-t-elle averti.

Selon le Fonds mondial pour la nature, le dérèglement climatique pourrait d'ici 2080 menacer entre un quart et la moitié des espèces de 33 régions du monde parmi les plus riches en biodiversité.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
11 commentaires - La planète réunie au chevet de la biodiversité en crise
  • décidément, mes messages sont très dérangeants pour l'establishment médiatique!!!

  • Au vu de la situation désastreuse de notre belle planète qui s'accélère de plus en plus on en est encore à faire des études, des suppositions, à chercher des solutions qui de toutes façons ne seront pas appliquées, tant qu'il y aura des gens qui ne pensent à rien d'autre qu'au "business", aux "climato septiques qui ne veulent rien voir il est clair que nous serons tous disparus de la surface de la terre dans un avenir très proche faute de n'avoir pu réagir quand il en étati encore temps.

  • Et pas un iota sur la cause première de la disparition de la biodiversité: la démographie galopante et incontrôlée partout sur la planète. Si la terre comptait actuellement la population STABILISEE du moyen age par exemple (600 millions de bipèdes) avec pour chacun d 'eux, le même impact environnemental d'un occidental moyen de 2018, personne n'entendrait parler de réchauffement climatique, de perte de la biodiversité ou de pollution à grande échelle et surement pas de prémices de génocide guerrier mondial comme le monde peut le constater .

    Bravo pour votre pertinence !
    J'adhère TOTALEMENT à votre avis.
    L'être humain est devenu un nuisible pour la planète.

    Qu'on le veuille ou non, qu'on le regrette ou pas.;c'est une loi générale de la nature..A l'intérieur d'un écosystème, toute espèce dominante tend à se reproduire et donc à proliférer tant que les conditions lui sont favorables..A plus ou moins long terme se met ensuite en place un processus de régulation par limitation des ressources ou altération des conditions physico-chimiques du milieu..

    Comment allez vous "stabiliser" la population ? Qu'allez vous faire des 6,4 milliards d'êtres humains "en trop" ? Ce sont là les théories eugénistes, totalitaires et extrémistes de Paul Watson.

    A maduro: c'est surtout un constat édifiant de l'irresponsabilité des hommes sur la prise en compte de leur futur commun et ce depuis qu'ils ont compris que cette terre ne pouvait plus subvenir aux besoins de ceux qui la peuplent: les animaux nous ont montré et démontré au cours de leur règne ( en millions d'années celui là) que l'équilibre entre les ressources alimentaires disponibles et la régulation des naissances était la règle d'or pour pérenniser toutes leurs espèces. Eugénisme, totalitarisme, extrémisme? NON. Intelligence, pragmatisme, logique, discernement, lucidité.....surement, mais il est trop tard.

  • Bizarre le nom du plus grand spécialiste n'apparait pas (Nicolas Hulot).

  • Nous à NDDL ne dépensons pas des milliards pour sauver la planète, notre vie de tous les jours est en accord avec la nature comme l'est celle des peuples en Amazonie et ailleurs qui n'ont pas été parasité par la mondialisation.