L'ONU lève les sanctions contre l'Erythrée

Chargement en cours
Le président de l'Erythrée Isaias Afwerki (2e gauche), le président de la Somalie Mohamed Abdullahi Mohamed (2e droite), le premier Ministre éthiopien Abiy Ahmed (à droite) et le vice-premier ministre éthiopien Demeke Makonnen react à Bahir Dar, au nord de l'Ethiopie, le 10 novembre 2018
Le président de l'Erythrée Isaias Afwerki (2e gauche), le président de la Somalie Mohamed Abdullahi Mohamed (2e droite), le premier Ministre éthiopien Abiy Ahmed (à droite) et le vice-premier ministre éthiopien Demeke Makonnen ...
1/2
© AFP, EDUARDO SOTERAS

AFP, publié le mercredi 14 novembre 2018 à 17h17

Le Conseil de sécurité de l'ONU a levé mercredi les sanctions contre l'Erythrée après un accord de paix historique avec l'Ethiopie et un réchauffement de ses relations avec Djibouti, qui laissent augurer de changements positifs dans la Corne de l'Afrique.

Le Conseil a adopté à l'unanimité cette résolution élaborée par la Grande-Bretagne et levé l'embargo sur les armes, toutes les interdictions de voyage, les gels d'avoirs et les autres sanctions visant l'Erythrée.

Le texte appelle aussi l'Erythrée et Djibouti à poursuivre les efforts en vue de régler leurs différends.

Les relations entre Djibouti et l'Erythrée s'étaient tendues après une incursion en avril 2008 de troupes érythréennes vers Ras Doumeira, un promontoire stratégique surplombant l'entrée de la mer Rouge au nord de Djibouti-ville. Les deux pays s'étaient opposés à deux reprises en 1996 et 1999 pour cette zone.

La résolution appelle également Asmara à fournir des informations sur le sort de soldats djiboutiens disparus après les heurts d'il y a dix ans.

L'Erythrée est depuis 2009 sous le coup de sanctions du Conseil de sécurité pour son soutien présumé aux jihadistes en Somalie, une accusation que le gouvernement érythréen a toujours niée.

Asmara a signé en juillet avec l'Ethiopie un accord de paix qui a mis fin à deux décennies d'hostilités et conduit à un apaisement de ses relations avec Djibouti.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.