L'immense inquiétude des proches d'un Français incarcéré en Turquie

L'immense inquiétude des proches d'un Français incarcéré en Turquie©Pixabay

publié le lundi 12 avril 2021 à 12h31

Fabien Azoulay purge actuellement en Turquie une peine de près de 17 ans de prison dans des conditions particulièrement difficiles. Il avait été arrêté pour l'achat d'une substance illicite en 2017.

Ses proches demandent son transfèrement en France et appellent à l'aide jusqu'au sommet de l'Etat, explique BFMTV. 

Un cauchemar qui dure maintenant depuis plusieurs années. Comme l'explique BFMTV, les proches et avocats de Fabien Azoulay, actuellement emprisonné au bord de la mer Noire, en Turquie, ont décidé de rendre public le sort de ce Français de 43 ans. Celui-ci a été interpellé en 2017, à Istanbul, après avoir commandé en ligne du GBL, un solvant industriel régulièrement détourné comme excitant, notamment au sein de la communauté homosexuelle. Une substance qui était en vente libre dans le pays avant d'être interdite. 

Condamné de façon expéditive selon son entourage, il écope début 2018 d'une peine de 20 ans de prison. Une sentence par la suite allégée à 16 ans et huit mois. Depuis son incarcération, il y a quatre ans, Fabien Azoulay assure être victime de conditions de détention très dures et d'agressions répétées. "Il a été violé, battu, brûlé. Il est l'objet de vexations du fait de son orientation sexuelle, notamment de la part de détenus radicalisés", explique à franceinfo son avocat François Zimeray, qui ajoute qu'il "subit des scènes de conversion forcée à l'islam car il est de confession juive". 



Particulièrement inquiète, sa famille a demandé, en vain jusqu'ici, son transfèrement en France, en appelant à Emmanuel Macron pour débloquer la situation. "Après le temps de la justice, il y a le temps des médias puisque les voix régulières n'ont pas fonctionné", confie à BFMTV David Benaym, un ami du détenu qui a lancé une pétition en ligne pour l'aider. Comme l'explique franceinfo, si l'Elysée refuse pour l'instant tout commentaire, le Quai d'Orsay a expliqué que ses services "sont pleinement mobilisés sur le sort de ce Français" et assure suivre sa situation de près.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.