L'Equateur déconnecte Assange

L'Equateur déconnecte Assange

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange au balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, le 19 mai 2017

Libération, publié le jeudi 29 mars 2018 à 08h16

Les relations entre le fondateur de WikiLeaks, reclus depuis près de six ans dans l'ambassade d'Equateur à Londres, et son hôte sud-américain sont, décidément, de plus en plus tumultueuses. Mardi soir, Quito a annoncé par communiqué avoir «suspendu les systèmes qui permettent à Julian Assange de communiquer avec le monde extérieur» depuis son refuge de la rue Hans Crescent. Voilà l'Australien - devenu également, en décembre, citoyen équatorien - coupé d'Internet et même, selon son organisation, privé de téléphone, de communications avec la presse et de visites.

Un précédent en 2016

Ce n'est pas tout à fait une première : en octobre 2016, à quelques encablures de l'élection présidentielle américaine, Assange s'était déjà vu privé de connexion, alors que…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.