L'emprisonnement, une notion très différente selon les pays

L'emprisonnement, une notion très différente selon les pays©BRUT
A lire aussi

franceinfo, publié le mercredi 14 février 2018 à 11h32

Du Danemark aux États-Unis en passant par Haïti : des disparités notables.

Si j'étais prisonnier... 

Au Danemark, les prisonniers peuvent effectuer leur peine dans une prison ouverte. Enfermés seulement de 21 à 7 heures du matin, ils peuvent profiter du temps libre pour cuisiner, aller à la bibliothèque et voir leur famille le week-end. Une expérience qui est possible pour les courtes peines seulement.

Aux États-Unis, un adulte sur cent est en prison. Avec plus de deux millions de personnes incarcérées, les États-Unis détiennent presque un quart des détenus de la planète. C'est le pays qui compte le plus de prisonniers.

En Haïti, il y a quatre fois plus de détenus que de places. L'île détient les prisons les plus surpeuplés au monde. Elle est suivie du Salvador et du…

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - L'emprisonnement, une notion très différente selon les pays
  • C'est aux États Unis qu'il y a le plus grand nombre de prisonniers, en chiffre et en pourcentage.
    C'est également dans ce pays que l'on adopte la règle de 3.
    3 arrestations pour le même motif, prison à vie.
    C'est un pays, décrié par beaucoup hors de son territoire, surtout par ceux qui n'y ont jamais mis les pieds où on réfléchit avant de se retrouver au trou.

  • la France toujours mise en accusation par la LDH !

    mais personne n'oblige les gens à y aller en prison ...

    dommage que les accords internationaux donnent libre choix aux autres pays du monde d'accepter ou refuser le retour de leurs ressortissants dans leur pays, sinon 70% de détenus en moins en France ...

    dommage aussi que les coûts de détention ne soient pas à la charge du pays d'origine ...

    à quant une loi pour obliger la détention dans le pays d'origine en cas de on français? cela ferait des milliers de places libres et la LDH serait alors contente !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]