L'émissaire américain pour la Corée du Nord en visite à Pékin

Chargement en cours
L'émissaire américain pour la Corée du Nord Stephen Biegun, le 9 février 2019 à Séoul, en Corée du Sud
L'émissaire américain pour la Corée du Nord Stephen Biegun, le 9 février 2019 à Séoul, en Corée du Sud
1/2
© AFP, Ed JONES

AFP, publié le mardi 26 mars 2019 à 10h04

Le principal négociateur américain pour la Corée du Nord se trouve actuellement à Pékin, a annoncé mardi l'ambassade des Etats-Unis en Chine, alors qu'un haut responsable nord-coréen était également présent dans la capitale chinoise.

Un porte-parole de l'ambassade des Etats-Unis a confirmé à l'AFP que l'émissaire américain Stephen Biegun était à Pékin "afin de poursuivre la coordination USA-Chine sur les politiques en lien avec la Corée du Nord".

Parallèlement, les agences de presse sud-coréenne Yonhap et japonaise Kyodo ont rapporté qu'un haut responsable nord-coréen était arrivé mardi matin à l'aéroport de Pékin en provenance de Pyongyang.

Selon les deux agences, il pourrait s'agir du vice-président du Parti des travailleurs de Corée, Ri Su Yong, responsable des affaires internationales au sein du parti au pouvoir en Corée du Nord.

L'agence de presse nord-coréenne KCNA a annoncé de son côté que Ri Su Yong avait quitté Pyongyang mardi pour se rendre en visite au Laos -- ce qui expliquerait son passage à Pékin afin de changer d'avion.

Rien ne permet de spéculer sur une rencontre entre MM. Biegun et le visiteur de Pyongyang.

Leur présence concomitante à Pékin, principal allié du régime nord-coréen, survient à peine un mois après le sommet de Hanoï, qui a réuni M. Kim et le président américain Donald Trump.

Ce sommet s'est soldé par un échec, mais Pyongyang et Washington ont exprimé leur intention de poursuivre leurs discussions. 

Stephen Biegun a depuis indiqué que les Etats-Unis ne voulaient pas d'une dénucléarisation "progressive" de la Corée du Nord, mais d'un désarmement total et rapide en échange d'une levée des sanctions.

La vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréenne Choe Son Hui a assuré de son côté la semaine dernière que Pyongyang n'avait "aucune intention de céder aux demandes des Etats-Unis".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.