L'Eglise catholique du Canada présente ses excuses aux autochtones pour les abus dans les pensionnats

L'Eglise catholique du Canada présente ses excuses aux autochtones pour les abus dans les pensionnats
Des femmes marchent près de l'ancien pensionnat où ont été découvertes des tombes anonymes à Marieval, en Saskatchewan, Canada, le 26 juin 2021

publié le vendredi 24 septembre 2021 à 22h28

Les évêques catholiques du Canada ont présenté leurs excuses formelles aux peuples autochtones après la découverte ces derniers mois de plus d'un millier de tombes près d'anciens pensionnats, selon un communiqué publié vendredi.

"Nous, les évêques catholiques du Canada, nous exprimons notre profond remords et nous présentons des excuses sans équivoque", ont-ils déclaré. Ils ont aussi reconnu "la souffrance vécue dans les pensionnats" et les "graves abus qui ont été commis par certains membres" de la communauté catholique.

"De nombreuses communautés religieuses et des diocèses catholiques ont servi dans ce système qui a conduit à la suppression des langues, de la culture et de la spiritualité autochtones, sans respecter la richesse de l'histoire, des traditions et de la sagesse des peuples autochtones", ont-ils affirmé.

Cette déclaration admet aussi le "traumatisme historique et continu, de même que l'héritage de souffrances et de défis qui perdure encore aujourd'hui pour les peuples autochtones".

Au total, plus d'un millier de tombes anonymes près d'anciens pensionnats catholiques pour autochtones ont été retrouvées cet été, remettant en lumière une page sombre de l'histoire canadienne et sa politique d'assimilation forcée des Premières Nations.

De nombreux groupes autochtones ont appelé à de multiples reprises à des excuses du pape. 

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a fait de la réconciliation avec les peuples autochtones l'une de ses priorités, avait lui-même déploré le refus du pape et de l'Eglise catholique de reconnaître leur "responsabilité" et leur "part de culpabilité" dans la gestion des pensionnats autochtones.

La déclaration a été publiée après l'Assemblée plénière annuelle de la conférence des évêques catholiques du Canada, qui rappellent qu'une délégation autochtone sera reçue par le pape François en décembre.

Ces excuses surviennent à moins d'une semaine de la première journée nationale de la vérité et de la réconciliation, en hommage aux enfants disparus et aux survivants des pensionnats, prévue le 30 septembre.

Quelque 150.000 enfants amérindiens, métis, et inuits ont été enrôlés de force dans 139 pensionnats semblables à travers le pays, où ils ont été coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.