L'Amérique du Nord balayée par une vague de froid extrême

L'Amérique du Nord balayée par une vague de froid extrême

Un homme pose pour une photo sur le lac Tremblant dans la région des Laurentides au Québec, Canada, au pied du Mont Tremblant le 24 décembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 27 décembre 2017 à 20h11

Des chutes de neige record et une vague de froid polaire prolongée glaçaient l'Amérique du Nord mercredi, où les habitants luttaient contre des températures extrêmes allant jusqu'à -50°C.

Un sans-abri est mort de froid dans la ville de Cincinnati, dans l'Ohio. Son corps a été découvert mardi matin à un arrêt de bus, dans le centre-ville. La température dans cet Etat du nord des Etats-Unis est de -10C° pendant la journée mais tombe jusqu'à -15°C pendant la nuit. 

A Minot, dans le Dakota du Nord, le thermomètre est descendu mercredi jusqu'à -21°C. 

"L'air fait mal. C'est difficile de respirer. Votre peau se met à fumer instantanément dès que vous allez dehors", a témoigné Morgan Alonia, une habitante de Minot --connue pour abriter des silos pour missiles nucléaires--, jointe par l'AFP. 

"Les gens restent chez eux. L'activité est très lente", a ajouté cette gérante d'un fast-food. "On a pris des bassines d'eau bouillante et on les a jetées dans l'air froid pour faire de la neige".   

Dans l'Etat de New York, le gouverneur Andrew Cuomo a mis en garde contre cette vague de froid qui doit durer jusqu'au 2 janvier. Les températures devraient tomber jusqu'à -40°C dans le nord de l'Etat à partir de jeudi.

Le froid s'accompagne également de chutes de neige record.

A Erié, non loin des chutes du Niagara et dont le lac sert de frontière naturelle avec le Canada, il est tombé 1,5 mètre de neige en seulement 48 heures.

Les autorités locales ont dû instaurer un état d'urgence qui va permettre de réquisitionner le matériel lourd nécessaire pour éviter les accidents potentiels. 

Les 147 centimètres de neige, expliquent les météorologues, ont été accompagnés de vents glacés soufflant depuis le lac dans cette ville de la pointe nord de la Pennsylvanie. Les habitants ont été invités à rester cloitrés chez eux avec des produits de première nécessité.

Selon les données des services météo américains, les 86 cm de neige tombés le jour de Noël sont un record absolu pour la ville, loin devant les 51 cm du 22 novembre 1956. Sur les deux jours, du lundi au mardi à 17H00 locales, la chute de 1,5 mètre de neige a également pulvérisé un record de 1958. 

Sur l'ensemble du mois, les 245 cm de neige cumulée ont là aussi battu un record, faisant de décembre le mois le plus neigeux de l'historie d'Erié. 

- -50° Celsius -

"Les équipes sont dehors, mais n'arrivent tout simplement pas à tenir le rythme de la neige qui tombe", a expliqué sur Facebook Matt Exley, un secouriste local.

La vague de froid est encore plus extrême au Canada, où le nord de l'Ontario devrait lui aussi connaître un record avec des températures à -50°C. 

"Des froids qui s'installent aussi longtemps et sur une étendue aussi grande, de mémoire, je n'en ai jamais connu", a affirmé à l'AFP Alexandre Parent, météorologue de l'agence fédérale Environnement Canada. 

Selon lui, bien plus que le thermomètre, c'est l'étendue de la vague de froid et sa durée qui rendent cet épisode exceptionnel.

L'agence fédérale a publié des avertissements de froid extrême lié à une poussée de l'air arctique pour les provinces du Québec, de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta.

"Un avertissement de froid extrême est émis lorsque le refroidissement éolien ou les températures très froides présentent un danger élevé pour la santé (engelure, hypothermie, etc.)", précise Environnement Canada sur son site.

"Nous sommes en-deçà de 10 à 20 degrés Celsius des normales de saison", a abondé M. Parent.

Par ailleurs, des vents violents pouvant atteindre jusqu'à 120 km/h associés aux basses températures ont privé d'électricité près de 160.000 foyers en Nouvelle-Ecosse (est), soit près d'un tiers des clients de la province.

 
65 commentaires - L'Amérique du Nord balayée par une vague de froid extrême
  • .....et si Trump avait raison ? a l evidence oui ! comme sur d autres sujets d ailleurs

  • D'après la photo, il y a pas très peu de neige!

  • il fait tellement chaud, au mois de juillet j'ai rallumé ma chaudière tellement il faisait chaud

  • L'Amérique du Nord est un continent froid. N'ayant pas de mer ou d'océan qui la sépare du pôle (comme l'Europe), lorsque les vents descendent de ce dernier, ils sont porteurs de froid vigoureux. Qu'il y ait des records battus épisodiquement ne remets pas en question un réchauffement global de la planète. Ce réchauffement a une influence certaine sur l'intensité des vents y compris ceux du cercle polaire. Il se peut donc que, paradoxalement, un des contrecoups du réchauffement climatique génère ou amplifie des épisodes de froids extrêmes. La météorologie n'est pas une science exacte et nos bases de données ne possèdent que quelques dizaines d'années d'historique en rapport avec les milliards d'années de notre planète. Pour l'heure, ce sont les ours polaires qui bénéficie d'un sursaut de leur climat préféré. Sachons partager un peu quand l'occasion se présente même si ce n'est pas toujours à notre avantage...

    et chez nous avec toutes ces éoliennes qui ralentissent l'intensité dse vents , il ne faut pas se plaindre ensuite de la sécheresse et du manque de pluie ,il faudrait dans ces cas là les faire tourner à l'envers avec de l'électricité nucléaire pour faire du vent pendant les nuits,

    Qu'il y ait des records de froid battus épisodiquement ne remet pas en cause le réchauffement global : superbe dialectique ! On pourrait tout aussi bien dire : qu'il y ait des records de chaleur battus épisodiquement ne remet pas en cause le refroidissement global...

    A lereac: le réchauffement climatique actuel se mesure à l'élévation de températures MOYENNE enregistrée sur l'ensemble de la planète pour une année et cette température monte régulièrement depuis 1970 avec une accélération exponentielle depuis 1990 : les vagues de froid extrème ou de chaleur extrème sont les conséquences de ce dérèglement .

  • une bonne preuve : Trump a totalement raison sur le non réchauffement dans son pays et Macron complètement tord de s'accrocher aux accords sur le climat des bobos profiteurs créateurs de chômage en nous faisant payer pour rien
    ; les ours polaires le savent eux : ils descendent vers le sud plus bas tous les ans

    entièrement raison

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]