Kosovo: Clinton en invité d'honneur pour fêter "vingt ans de liberté"

Chargement en cours
Le président du Kosovo Hashim Thaci et l'ancien président américain Bill Clinton passent en revue la garde d'honneur à Pristina le 11 juin 2019
Le président du Kosovo Hashim Thaci et l'ancien président américain Bill Clinton passent en revue la garde d'honneur à Pristina le 11 juin 2019
2/4
© AFP, STRINGER

AFP, publié le mercredi 12 juin 2019 à 14h30

Le Kosovo a fêté mercredi avec son "sauveur", l'ex-président américain Bill Clinton, le 20e anniversaire de l'intervention de l'Otan, qui avait de facto mis un terme à la tutelle de Belgrade sur son ancienne province méridionale.

"Bienvenue à la maison!", a lancé le président du Kosovo, Hashim Thaçi, à celui qui avait déclenché les frappes occidentales sur la Serbie de Slobodan Milosevic. 

Cédant après trois mois de bombardements menés par l'Otan sans mandat de l'ONU, l'homme fort de Belgrade ordonnait le 10 juin 1999 le retrait de ses troupes. Le 12, l'Otan commençait à se déployer au Kosovo, placé sous protection internationale.

"J'aime ce pays et cela restera comme un des grands honneurs de ma vie d'avoir été à vos côtés contre l'épuration ethnique et pour la liberté", a dit Bill Clinton, devant une foule clairsemée à Pristina où il a déjà sa statue et son boulevard. 

"C'était le plus beau jour dans l'histoire des Albanais du Kosovo. Nous avions été chassés de nos maisons, bombardés, maltraités, on nous avait gâché des années en nous privant de travail", raconte Adnan Shuki, un retraité de 67 ans, venu entendre l'ex-responsable. 

Marquée par des atrocités et une campagne d'épuration ethnique orchestrée depuis Belgrade et qui avait fait des centaines de milliers de réfugiés, ce conflit entre forces serbes et rebelles indépendantistes kosovars albanais (1998-99) a coûté la vie à plus de 13.000 personnes (11.000 Albanais, 2.000 Serbes et quelques centaines de Roms).

- Amertume serbe -

Vingt ans après, l'amertume n'a pas disparu à Belgrade. "Les 19 pays les plus puissants ont attaqué un petit pays attaché à la liberté. Ils nous ont causé d'énormes dégâts dont nous sommes encore en train de nous remettre", a commenté cette semaine le président serbe Aleksandar Vucic. 

Selon les estimations, quelque 120.000 Serbes vivent toujours au Kosovo. L'un d'eux, Srdjan, 38 ans, qui vit dans la ville divisée de Mitrovica (nord), ironise sur cette "célébration d'une armée étrangère" et sur l'"illusion d'une société multiethnique" que les autorités de Pristina disent s'employer à bâtir. "Ils n'ont qu'à vivre leurs vies, nous vivrons les nôtres", lâche Dragana, 30 ans, qui refuse également de donner son nom. 

La Serbie inscrit toujours dans sa Constitution sa tutelle sur le Kosovo dont elle n'a jamais reconnu l'indépendance proclamée en 2008.

Toute la semaine, les responsables kosovars ont célébré ce 20ème anniversaire sur Twitter avec le mot clé en anglais "#Kosovo20yearsFree", "#Kosovo20ansdeliberté".

Mais parmi leur population, l'enthousiasme a souvent laissé la place à la désillusion face aux difficultés économiques, à la corruption et une émigration massive. 

- 'Justice minimale, chômage maximal' -

"Le Kosovo reste un Etat faible, avec une justice minimale et un chômage maximal", a commenté sur Facebook le principal opposant à Hashim Thaçi, le leader de la gauche nationaliste Albin Kurti. "Vingt ans, c'est long pour un peuple placé sous la domination d'une dizaine d'hommes d'affaires", a-t-il poursuivi. 

La situation n'est toujours pas normalisée entre Belgrade et Pristina. Leurs nombreux sujets de discorde apparaissent comme autant d'obstacles à leur rapprochement avec l'Union européenne.  

Si plus de 110 pays --dont la plupart des Occidentaux-- ont reconnu son indépendance, la Russie et la Chine s'y refusent, ce qui ferme la porte de l'ONU au Kosovo. 

Un récent sommet à Berlin n'a accouché d'aucun résultat concret. Une nouvelle rencontre entre Hashim Thaçi et Aleksandar Vucic, envisagée pour début juillet à Paris, n'a pas encore été officiellement confirmée. 

"Le statu quo n'est pas tenable dans les Balkans", a prévenu le haut responsable du Département d'Etat américain Matthew Palmer, appelant à un accord avec la Serbie, avec une "reconnaissance mutuelle".   

"L'Otan a gagné le conflit, vous avez gagné la paix. Maintenant qu'allez vous faire des vingt prochaines années?", a demandé Bill Clinton aux Kosovars albanais.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.