Kazakhstan: 200 arrestations avant des manifestations de l'opposition

Chargement en cours
Des membres de l'opposition manifestent à Almaty, le 22 février 2020 au Kazakhstan
Des membres de l'opposition manifestent à Almaty, le 22 février 2020 au Kazakhstan
1/4
© AFP, Ruslan PRYANIKOV

, publié le samedi 22 février 2020 à 13h38

Environ 200 personnes ont été arrêtées samedi avant des manifestations organisées par deux partis d'opposition à Almaty, la plus grande ville du Kazakhstan, pays autoritaire d'Asie centrale.

Ex-République soviétique riche en hydrocarbures, le Kazakhstan est régulièrement critiqué par les organisations de défense des droits de l'homme pour sa répression des manifestations et de l'opposition.

Des policiers ont interpellé samedi une trentaine de militants du Parti démocratique, au moment où ils tentaient d'organiser un rassemblement de protestation à Almaty, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Ce parti, non reconnu par les autorités, comptait tenir son premier congrès qui a dû être annulé après l'arrestation récente de son chef et de plusieurs militants.

Les protestataires réclamaient notamment la libération de Janbolat Mamaï, réalisateur et l'un des fers de lance du parti, arrêté et condamné vendredi à trois jours de détention pour avoir lancé cet appel à manifester. "Liberté pour Mamaï!" scandaient-ils.

Selon des témoins, les forces de l'ordre ont par ailleurs arrêté jusqu'à 70 personnes qui se dirigeaient vers le site désigné comme lieu de la manifestation.

Dans l'après-midi, la police a procédé à l'arrestation d'une centaine d'autres militants qui étaient en train de se réunir pour une manifestation séparée, organisée à l'appel du parti Choix démocratique du Kazakhstan (DCK), interdit dans le pays, selon un journaliste de l'AFP.

Le militant Erik Joumabaïev, en fauteuil roulant, était parmi les manifestants déte nus par la police. Il a été embarqué dans une ambulance.

Le Choix démocratique du Kazakhstan (DCK), qui avait également annoncé son intention de manifester samedi, avait été interdit par un tribunal kazakh en 2018 car considéré comme "extrémiste".

Le régime du Kazakhstan est critiqué depuis de longues années par les ONG de défense des droits de l'homme locales et internationales pour sa législation restrictive en matière de manifestations.

- Nouvelles restrictions -

Lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP vendredi avant son arrestation, Janbolat Mamaï avait indiqué qu'"au moins dix" membres de sa formation avaient été condamnés dans le courant de la semaine à des peines allant jusqu'à cinq jours de détention. Une mesure destinée, selon lui, à empêcher le Parti démocratique de tenir son congrès.

Il a lui-même été arrêté plus tard vendredi.

Sa femme, la journaliste Inga Imanbaï, enceinte, figure parmi les militants interpellés samedi. Elle a ensuite été relâchée.

Le chef du DCK Moukhtar Abliazov, ancien ministre de l'Energie, banquier qui vit en exil en France et opposant de longue date au régime kazakh, a estimé que la justice cherchait un prétexte pour réprimer sa formation politique.

En juin 2019, près de 4.000 personnes avaient été interpellées selon les autorités lors de manifestations contre l'élection présidentielle qui a mené Kassym-Jomart Tokaïev à la présidence. 

Le nouveau président s'était engagé à réformer la législation sur le droit de manifester peu après avoir succédé à Noursoultan Nazarbaïev, qui a dirigé sans partage le Kazakhstan depuis son indépendance en 1991 jusqu'à sa démission surprise au printemps 2019.

Mais les ONG de défense des droits de l'homme ne sont pas satisfaites du nouveau projet de loi sur les manifestations qui, selon elles, contient de nouvelles restrictions.

A l'heure actuelle, les militants risquent d'être arrêtés s'ils participent à des rassemblements n'ayant pas reçu le feu vert des autorités, un feu vert qu'elles accordent très rarement pour des manifestations politiques.

Plusieurs dizaines de personnes avaient été interpellées en décembre lors de manifestations antigouvernementales non autorisées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.