Jérusalem vaque à son quotidien dans l'agitation internationale

Chargement en cours
 Manifestants palestiniens brûlant les drapeaux israélien et américain dans la ville de Gaza le 6 décembre 2017

Manifestants palestiniens brûlant les drapeaux israélien et américain dans la ville de Gaza le 6 décembre 2017

1/3
© AFP, MAHMUD HAMS
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 06 décembre 2017 à 16h07

Au-delà de la joie ou de la consternation, Israéliens et Palestiniens de Jérusalem se demandaient à quoi s'attendre avec l'annonce prévue par les Etats-Unis d'une reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Les mises en garde sont venues du monde entier: "incendie" régional programmé, "fanatisme" renforcé ou, plus diplomatiquement, coup mortel à une entreprise de paix déjà moribonde.

Les groupes palestiniens ont appelé à partir de mercredi à trois "jours de rage", expression consacrée pour rallier les manifestants devant les chekpoints israéliens ou les murs et les miradors de béton qui coupent la Cisjordanie et la bande de Gaza du territoire israélien.

Dans les villes de Gaza et de Rafah, dans la bande de Gaza, des centaines de Palestiniens ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et des portraits de Donald Trump, ont constaté les journalistes de l'AFP.

A l'entrée du camp de réfugiés d'al-Arroub, près d'Hébron, poudrière du sud de la Cisjordanie, des heurts limités ont mis aux prises Palestiniens et soldats israéliens.

Mais, dans et autour de la Vieille ville de Jérusalem, au coeur du conflit israélo-palestinien et, depuis quelques jours, de l'agitation internationale, la "rage" n'avait pas encore trouvé à s'exprimer.

Peut-être était-elle contenue par un épisode pluvieux mais plus sûrement par un manque de concertation chez les Palestiniens voire, pour les plus anciens, par une résignation instruite par des décennies à la fois de confrontation et de coexistence avec les juifs.

- Vers une nouvelle intifada ? -

Une grande manifestation est prévue jeudi à Ramallah, qui fait office de capitale politique palestinienne à défaut de Jérusalem, distante seulement de quelques kilomètres.

La sortie de la prière du vendredi sera par ailleurs scrutée attentivement.

Les Etats-Unis ont interdit aux employés de leur gouvernement les déplacements personnels dans la Vieille ville de Jérusalem et en Cisjordanie, et invité leurs ressortissants à la prudence.

Près de la porte de Damas, principal accès de la Vieille ville du côté palestinien, lieu de passage pour bien des juifs se rendant au mur des Lamentations à l'intérieur des murailles, théâtre aussi d'une multitude d'attaques palestiniennes au couteau contre les soldats israéliens, Mohammed Nabarak, 50 ans, exprimait cependant sa colère.

"Comment peut-il déménager l'ambassade (américaine) de Tel-Aviv jusqu'ici", demandait-il, "cela va encore créer des problèmes, on va vers une nouvelle intifada", l'un de ces soulèvements populaires palestiniens qui ont marqué les mémoires des deux côtés.

"Les pays occidentaux sont contre, encore plus que les pays arabes", s'anime-t-il.

Salah al-Shawish, 49 ans, se montrait plus fataliste.

"Rien d'étonnant à ce que Trump, corrompu comme il est, reconnaisse Jérusalem comme la capitale d'Israël. Le monde arabe est déchiré, ses dirigeants sont faibles. Cela ne fera qu'aggraver les choses".

Il y a presque 70 ans que les Israéliens ont fait de Jérusalem leur capitale. Même si la communauté internationale ne reconnaît pas la ville comme telle, pas plus qu'elle ne reconnaît l'annexion de Jérusalem-Est encore majoritairement peuplée de Palestiniens, les ministères, le parlement et la Cour suprême y ont leur siège, et non à Tel-Aviv, où se trouvent les ambassades étrangères.

- 'Il était temps' -

La ville connaît régulièrement des tensions renvoyant au conflit, comme cela fut encore le cas en juillet autour de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam révéré par les juifs comme le mont du Temple.

En dehors de ces périodes, juifs et Palestiniens vivent côte à côte, interagissent dans le domaine professionnel, mais guère au-delà, en dehors de rares espaces de coexistence. Policiers et gardes-frontières sont largement déployés.

Les Palestiniens se rendent volontiers dans la partie ouest pour y faire leurs courses, recevoir des soins, trouver de meilleurs services. L'inverse est plus rare. L'ancienne ligne de partage d'avant 1967 a disparu physiquement, mais reste présente dans les esprits.

L'annonce de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de la part des Etats-Unis a été saluée par les ministres israéliens comme la reconnaissance d'une réalité.

Emmanuel Posen, un Israélien de 44 ans, se dit joyeux. "Il était temps", dit-il, en évoquant l'histoire millénaire de Jérusalem.

Il assure ne pas s'inquiéter d'un accès de violence palestinienne. "Je ne ferais plus rien si je devais avoir peur à chaque pas de ce que vont faire les Arabes".

 
4 commentaires - Jérusalem vaque à son quotidien dans l'agitation internationale
  • vous voudriez qu'ils fassent quoi ces habitants ? vous avez de ces idées parfois, je m'interroge sur .........!

  • Sur place Jérusalem est déjà la capitale d’Israël .

  • Peu de personnes se rendent compte du danger d'une telle décision. C'est encore un pas en arrière pour la paix! Il faut savoir que la source des conflits dans ce coin du monde se trouve là. Trump doit avoir une forte pression des lobbys pour se permettre un tel risque car les pays arabes ne resteront pas impassibles.
    Ou va-t-il emmener le monde? Qui sont les prochaines victimes?

    Une façon de renvoyer l'ascenseur à ses partisans ?

    JT77 nous ecrit : "Peu de personnes se rendent compte du danger d'un telle decision"
    Pourtant peu de personnes ne savait que cette decision n est que l application d un vote officiel qui date des années 90 et pour lequel aucun President n'a eu le courage d appliquer
    Pourtant peu de personnes savent que toutes les institutions officielles Israeliennes sont situées a Jerusalem, Capitale de l Etat Israelien depuis 70 ans confirmée il y a 50 ans, et dans laquelle tous les hommes d etats, les ministres, les ambassadeurs etrangers et donc Francais se rendent pour y rencontrer leurs homologues israeliens..... Est ce donc l hypocrisie qui leur permet de masquer leur manque de courage ?
    Certes, il serait bien etrange que M. Trump que l on juge plus stupide qu'il ne l'est (l economie americaine lui dit merci, et les imposables aussi..... nous n avons pas cette chance avec pourtant un Président plus intelligent !) n ait pas consulté certains pays etrangers y compris ....... arabes
    Certes les pays européens intéressés par les apports financiers du Qatar (par ailleurs mis au banc par l Arabie Saoudite) se doivent d une certaine solidarité avec le dit Qatar soutenant par ailleurs le Hamas donc l Iran !
    Etrangement on fait tout un pataques de la reconnaissance de Jerusalem capitale d Israel mais on tient en silence la non reconnaissance d Israel par l ensemble des Palestiniens et une partie du monde arabe
    Conclusion : ce qui ne peut se concevoir pour les uns et totalement admissible pour les autres
    La reconnaissance de Jerusalem relancera obligatoire des pourparlers qu on le veuille ou non Trump a raison laisser les choses en l etat ce ne pas vouloir faire avancer les choses et quant a d eventuels confrontations entre Palestiniens et Israeliens il convient de se souvenir que la situation est habituelle et que le terrorisme palestinien n'a guere besoin d une excuse de plus pour agresser la population juive
    Depuis les derniers pourparlers vieux de plus de 20 ans la situation n a pas evoluée, que risque t on de plus en reconnaissant Jerusalem comme capitale Israelienne sachant que pour Israel cela a toujours ete une evidence
    Les Juifs ont ils fait eclater une "intifada" a la suite des declarations farfelues de l UNESCO fut un temps, déclarations dont la France admis l absurdité au point de s excuser....
    Dans les semaines qui vont suivre, d autres pays (probablement en Afrique, en Amerique du Sud et peut etre meme en Europe) soutiendront la decision de Trump..... tout est question d interets !

  • La décision de donner le territoire qui appartenait à un autre peuple aux juifs en raison de la honte ressentie par les puissances en guerre après les camps (etc) est déjà une aberration en soi, la preuve de la grande prétention et arrogance des Etats Unis et pays décideurs de cette attribution. Pourquoi un de ces pays n'a t'll pas céder une partie de son territoire? De quel droit. Mais non content d'avoir acquis ce territoire, les Israéliens (je différencie dans ce cas les juifs ) n'ont cessé d'étendre leurs autorités par la colonisation d'autres territoires, sous le regard bienveillant ou aveugle des mêmes états. J'espère que la décision des Etats Unis dont le but semble évident, accroître leur zone d'intervention ne sera pas suivi par l'Europe. Car c'est inconcevable que le berceau de plusieurs religions devienne la capitale d'un territoire usurpé. Que les Palestiniens réagissent n'est pas étonnant. J'espère qu'il ne seront pas les seuls. Le président TRUMP ne voit pas très loin et je pense que mettre le feux dans différents partie du monde l'amuse beaucoup.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]