"Je vous ai entendus", les phrases bateaux de Trump face aux rescapés de Floride

"Je vous ai entendus", les phrases bateaux de Trump face aux rescapés de Floride©Capture Lexpress

Source Lexpress, publié le vendredi 23 février 2018 à 07h50

Face aux témoignages des rescapés de la fusillade de Floride, Donald Trump a promis mercredi des mesures "fortes". Par ailleurs, son équipe lui avait préparé des éléments de langage des plus simplistes.

Donald Trump a promis mercredi des mesures "fortes", après la tuerie dans un lycée de Parkland, où 17 élèves sont décédés la semaine passée.

Face aux voix brisées, aux larmes et à la colère des étudiants, rescapés de la fusillade de Floride, le président américain a émis une idée: la possibilité d'autoriser le port d'armes pour certains enseignants.
Publicité



Les professeurs concernés porteraient leur arme de façon dissimulée et suivraient une formation spéciale préalable, a précisé le président, en indiquant que cette piste méritait véritablement d'être étudiée. "Évidemment, cela s'appliquerait uniquement aux enseignants sachant manier une arme", a-t-il concédé, en suggérant d'armer 20% des effectifs des équipes pédagogiques.
"Vais-je devoir porter un gilet en kevlar?"
Cette mesure, extrêmement controversée, a été vivement critiquée mercredi soir lors d'un débat organisé près de Miami par CNN, dans une salle rassemblant des milliers de personnes. "Vais-je devoir être formée comme une policière en plus d'éduquer ces enfants?", a interrogé Ashley Kurth, une enseignante du lycée de Parkland. "Vais-je devoir porter un gilet en kevlar?", a-t-elle demandé.
"Je ne pense pas que les enseignants doivent être armés. Je pense qu'ils doivent enseigner", a de son côté réagi le shérif Scott Israel, qui est intervenu sur le lieu du carnage perpétré il y a une semaine par un jeune homme de 19 ans qui avait acheté légalement son fusil semi-automatique.
Quelques heures auparavant, le président américain s'est posé en homme à l'écoute de toutes les suggestions. Mais celui qui a promis aux membres de la National Rifle Association (NRA), puissant lobby des armes, qu'ils avaient "un vrai ami à la Maison Blanche", joue une partition délicate.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.